Situation épidémiologique Fièvre catarrhale ovine (Bluetongue)

Last updated on 12-2-2024 by Xavier Simons

Le lundi 9 octobre 2023, un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) ou Bluetongue a été confirmé par le laboratoire national de référence Sciensano. La Belgique a donc perdu son statut de pays indemne de FCO.

La maladie a été détectée dans une petite exploitation ovine à Merksplas (province d’Anvers), à 6 km de la frontière avec les Pays-Bas. L’animal infecté présentait de la fièvre, un écoulement nasal, une raideur et des symptômes respiratoires.

Depuis, six autres foyers de FCO ont été confirmés : quatre dans des exploitations ovines de la province d’Anvers, et deux dans des exploitations bovines en Flandre-Orientale.

Dans tous les cas, il s’agit d’une infection par le sérotype 3 du virus de la FCO (BlueTongue Virus-3 : BTV-3). Un foyer de ce sérotype avait été notifié aux Pays-Bas le 3 septembre 2023 où le virus s’est déjà propagé dans tout le pays, affectant des petits ruminants, des bovins, ainsi que des alpagas. A l’heure actuelle, 3255 suspicions analysées par PCR et 1417 foyers cliniques ont été confirmés aux Pays-Bas (7 novembre 2023). Le virus étant transmis par des vecteurs du genre Culicoides (moucherons), on s’attend à ce qu’il se propage également en Belgique.

Cependant, en raison des conditions météorologiques actuelles défavorables, la saison vectorielle 2023 touche à sa fin. Compte tenu du nombre limité de cas confirmés jusqu’à présent en Belgique, on peut s’attendre à ce que la majeure partie de la population de ruminants n’ait pas été infectée et donc soit encore sensible, ce qui signifie qu’une nouvelle augmentation de la circulation du virus peut être attendue lorsque les moucherons redeviendront actifs au printemps 2024.

Avant cette épizootie aux Pays-Bas, ce sérotype 3 n’avait jamais encore été identifié en Europe de l’Ouest (à l’exception de quelques cas en Sardaigne et en Sicile en 2017).   Actuellement, aucun vaccin contre ce sérotype n’est disponible en Belgique ni en Europe.

Foyers de Bluetongue

btvIcône PDF Consultez la carte indiquant le nombre de cas positifs de Bluetongue aux Pays-Bas du 7/1½023

 Consultez la carte dynamique indiquant le nombre de cas positifs de Bluetongue

A propos de la fièvre catarrhale ovine ou Bluetongue

Qu’est-ce que la fièvre catarrhale ovine ou Bluetongue ? 

La fièvre catarrhale ovine (FCO) est une maladie virale non contagieuse à transmission vectorielle qui touche les ruminants (principalement les bovins et les ovins, mais aussi les caprins, les camélidés et les ruminants sauvages). Elle est transmise par des diptères du genre Culicoides (famille des Ceratopogonidae). Le virus peut également être transmis par le sperme, les embryons et le sang infecté. 

Les symptômes classiques de la FCO sont la fièvre, la boiterie, le manque d’appétit, la salivation excessive, le gonflement et le bleuissement de la langue. Les ovins semblent plus sensibles à l’infection par le BTV-3 que les bovins et des taux de mortalité (jusqu’à 30 %) et de morbidité assez élevés ont déjà été signalés. 

Les bovins peuvent également présenter des symptômes, mais dans une moindre mesure que les ovins. 

L’homme n’est pas sensible à l’infection par le virus de la fièvre catarrhale. Cette maladie ne présente pas de danger immédiat, mais elle a des conséquences économiques importantes, notamment en termes d’exportation et de mouvements intracommunautaires d’animaux vivants et de produits animaux. La fièvre catarrhale est une maladie à déclaration obligatoire. Lorsqu’un pays perd son statut de pays indemne de fièvre catarrhale, les pays indemnes imposent un embargo commercial sur les ruminants et leurs produits en provenance du pays infecté. Toutefois, aucune mesure spécifique ne s’applique au commerce national en Belgique.

Mesures de mitigation

Vu la difficulté de restreindre la propagation des insectes vecteurs, il n’existe pas vraiment de mesures supplémentaires à appliquer en addition des précautions de biosécurité déjà existantes. Aucun vaccin homologué contre le sérotype 3 n’est actuellement disponible sur le marché en Europe. Certains pays autorisent l’exportation moyennant certaines conditions strictes (ea désinsectisation des animaux, confirmation par PCR de l’absence du virus dans les ruminants vendus). Les animaux peuvent par ailleurs toujours être déplacés sur l’ensemble du territoire belge sans conditions particulières. 

De plus amples informations sur les mesures, le commerce et la vaccination des animaux sont disponibles sur le site de l’AFSCA 

QR code

QR code for this page URL