Moins de décès supplémentaires malgré un été très chaud

Publié le : 
Mardi, 4 septembre 2018
Last updated on 2-5-2019 by Admin Drupal

L’été 2018 a connu jusqu’à présent 2 longs épisodes de fortes chaleurs. Durant ces épisodes, Sciensano a enregistré moins de décès supplémentaires. Il est toutefois trop tôt pour se prononcer sur le nombre total de décès (supplémentaires) survenus durant tout l’été 2018.

Pendant des longues périodes de canicule (ou juste après), un excès de mortalité est attendu…

Sur la base des années précédentes, on peut estimer combien de personnes mourront durant l’été (ce que l’on appelle les décès attendus). Si, en réalité, plus de personnes meurent que prévu, on parle alors de surmortalité ou de décès supplémentaires. Ces décès supplémentaires surviennent souvent pendant (ou 1 à 3 jour(s) après) les épisodes de chaleur ou les jours avec des concentrations élevées d’ozone.

…mais ce ne fut pas le cas cet été : les épisodes de chaleur ont coûté, jusqu’à présent, moins de vies supplémentaires

En raison des températures élevées* et des concentrations d’ozone** de cet été, les scientifiques s’attendaient à observer de nombreux décès supplémentaires. En réalité, la surmortalité semble jusqu’à présent néanmoins limitée :

  1. Durant la première période (mauve clair sur l’infographie), 3206 décès étaient attendus alors qu’en réalité, ce sont 3408 décès qui ont été enregistrés sur 12 jours, soit 202 décès supplémentaires (ce qui représente une faible surmortalité de 6,3%)
  2. Durant la deuxième période (mauve foncé sur l’infographie), 5491 décès étaient attendus, et ce sont en réalité 6193 décès qui ont été enregistrés sur 21 jours, soit 702 décès supplémentaires (ce qui représente une surmortalité modérée de 12,7%).

Moins de décès supplémentaires malgré un été très chaud* Températures mesurées à Uccle
** Maximum journalier de la moyenne sur huit heures, c’est une moyenne spatiale pour toute la Belgique

 

Cependant, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions sur les effets de l’été 2018 en termes de nombre de décès. Cela nécessite des analyses plus approfondies qui prendront cours après l’été. À noter également que Sciensano n’a pas encore connaissance des causes spécifiques des décès. Il n’est donc pas possible de déterminer ce qui a causé spécifiquement la surmortalité

Faites tout de même attention aux températures élevées et aux pics d’ozone

Ce n’est pas parce que, à première vue, la surmortalité est restée limitée cet été qu’il faut se lancer dans une activité physique intense ou laisser la bouteille d’eau à la maison si les températures sont élevées ou en cas de pic d’ozone. Sciensano l’a déjà signalé dans un précédent communiqué de presse. Quel que soit votre âge, vous devez suivre les recommandations de l’Agence pour une Vie de Qualité (AVIQ) lors de journées de canicule pour réduire les effets nocifs de la chaleur et de l’ozone sur votre santé.

Les personnes âgées de plus de 65 ans sont particulièrement vulnérables aux vagues de chaleur. Elles sont en effet davantage sujettes aux problèmes cardiovasculaires, aux maladies chroniques, à la déshydratation et à l’irritation des voies respiratoires. Les personnes âgées ressentent moins la chaleur environnante et la sensation de soif en raison d’un traitement moins efficace des informations par leur cerveau. Par ailleurs, le mécanisme d’évaporation de la sueur qui assure le refroidissement du corps fonctionne moins bien chez elles, compte tenu du vieillissement de leurs glandes sudoripares.

Contact

Natalia Bustos (FR) | Nathalie Bossuyt (NL)

Sujets santé: 
Personne(s) de contact: 

QR code

QR code for this page URL