Santé et environnement

Le concept ‘One Health’ consiste en une approche intégrée de la santé basée sur un principe simple : la santé humaine est intrinsèquement liée à la santé animale et à l’environnement. Sciensano croit en cette vision et considère la santé d’un point de vue transversal, en intégrant l’homme, les animaux et l’environnement.  

L’objectif premier de Sciensano est de comprendre pleinement les interactions entre les hommes, les animaux et l’environnement afin d’évaluer, prévenir et contrôler les diverses menaces pesant sur la santé publique. Pour atteindre cet objectif, Sciensano peut compter sur une solide expertise interne associant différentes disciplines scientifiques :

  • La présence de toxines, germes ou résidus de pesticides compromet sérieusement la sécurité alimentaire. Pour cette raison, Sciensano est convaincu que la surveillance et la protection des écosystèmes, d’une part, et le contrôle des maladies animales et végétales, d’autre part, revêtent une importance cruciale pour préserver la santé publique, la chaîne alimentaire et l’environnement.
  • La mondialisation, les changements climatiques, l’évolution des habitudes de voyage et les pratiques d’agriculture et élevage intensifs induisent entre autres une augmentation de l’utilisation d’antibiotiques, une diversité génétique moindre, des contacts plus étroits entre les espèces animales et entre les espèces animales domestiques ou sauvages et l’homme. Tout cela entraîne une circulation plus rapide des maladies infectieuses émergentes et – dans une certaine mesure – une plus grande résistance des pathogènes comme les bactéries, par exemple. Sciensano s’attache profondément à atténuer l’impact de ces changements sur la santé et l’environnement.
     

QUELQUES EXEMPLES DE NOS ACTIONS

Développement durable

Sciensano a déterminé des indicateurs de développement durable pour mesurer les progrès accomplis dans l’utilisation de pesticides moins dommageables pour l’environnement, et donc meilleurs pour la santé des consommateurs. Sciensano a également évalué la présence de divers types de contaminants comme les pesticides, les mycotoxines ou les métaux lourds dans les céréales cultivées en Belgique. L’institut a quantifié les risques liés à la consommation de bière en raison de la présence de mycotoxines dans les céréales utilisées pour produire le breuvage. Enfin, Sciensano mène des recherches quantitatives sur l’ingestion de résidus de pesticides présents dans les légumes cultivés en Belgique, au travers d’enquêtes de population et d’analyses en laboratoire.

Biosécurité

Sciensano évalue si l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) ou la présence de pathogènes comme des bactéries et virus induit un danger pour la santé humaine et l’environnement. Sur la scène internationale, Sciensano représente la Belgique pour toutes les questions liées à la biosécurité.

Boues d'épuration des eaux usées

Les boues d’épuration sont couramment utilisées en agriculture afin d’enrichir la terre et s’avèrent qui plus est efficaces pour prévenir l’érosion du sol. Néanmoins, de sérieux doutes continuent à planer sur leur utilisation. Ces boues contiennent en effet des polluants non biodégradables qui peuvent s’accumuler dans le sol et la nappe phréatique et finir par contaminer la chaîne alimentaire. Sciensano a réalisé une étude de risque dont les résultats ont été utilisés pour adapter la réglementation belge existante en la matière. 

Pollution atmosphérique

Sciensano surveille l’impact de la pollution atmosphérique sur la santé. Dans la Région de Bruxelles-Capitale, par exemple, nos activités de recherche ont identifié des priorités pour orienter une politique de santé préventive en cas de pics de pollution dans la capitale.

Pollens et spores fongiques

Depuis 1980, Sciensano coordonne AirAllergy, le réseau belge de surveillance des pollens et des spores fongiques atmosphériques, qui a pour mission de fournir des informations rapides et fiables sur la présence d’allergènes dans l’air aux personnes allergiques, aux médecins généralistes et aux sociétés pharmaceutiques. Le réseau aide les professionnels à établir un diagnostic et indique aux personnes souffrant d’allergies les périodes et les régions qui sont les plus à risques en Belgique. Sciensano collabore également à un réseau européen, ce qui permet à nos scientifiques d’avoir une vue d’ensemble sur l’évolution de la saison pollinique dans toute l’Europe.

Pollution à l'intérieur des bâtiments

Alors que nous passons une grande partie de notre temps dans des écoles, bureaux, maisons, magasins, etc., ces environnements intérieurs renferment des polluants dans des concentrations parfois beaucoup plus élevées qu’à l’extérieur. Sciensano réalise des études microbiologiques directement dans les habitations et collectivités. L’institut analyse par ailleurs des échantillons en laboratoire en vue d’identifier les sources de pollution susceptibles d’être à l’origine de problèmes de santé. À l’échelon international, Sciensano collabore également avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans le cadre d’un programme de surveillance de la pollution intérieure dans les écoles.

Rayonnements non ionisants

Que vous soyez en train d’écouter la radio, de surfer sur Internet ou d’utiliser votre téléphone mobile ou un appareil électrique, les champs électromagnétiques et les rayonnements non ionisants sont omniprésents dans notre environnement. Sciensano évalue les risques associés aux communications mobiles et à d’autres types de rayonnements non ionisants. Nos experts participent à des réunions internationales organisées par des organismes reconnus par l’OMS. Le laboratoire de toxicologie de Sciensano fait en outre partie d’un consortium de recherche baptisé le Belgian BioElectroMagnetics Group (BBEMG), dont l’objectif est de démontrer s’il existe ou non un lien entre l’exposition aux champs magnétiques et le risque potentiellement accru de développer la maladie d’Alzheimer.

Rayonnements ionisants

À la demande des autorités sanitaires, Sciensano mène des études spécifiques sur l’exposition potentielle de la population aux produits chimiques ou à d’autres sources de contamination. Sciensano a par exemple étudié, en collaboration avec l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) et la Fondation Registre du Cancer, si certains types de cancer (la leucémie et le cancer de la thyroïde) sont plus fréquents à proximité des sites nucléaires belges qu’ailleurs dans le pays. 

Surveillance de la maladie de Lyme

Les changements environnementaux et climatiques ont un impact sur les populations de tiques, vecteurs importants de maladies affectant la santé humaine. En Europe, la borréliose de Lyme est la maladie transmise par les tiques la plus courante. Sciensano surveille l’épidémiologie de la maladie en Belgique en se basant sur différentes sources d’information complémentaires. La surveillance du vecteur en Belgique a été initiée en juin 2015, avec le lancement d’une plateforme en ligne appelée ‘TiquesNet’, sur laquelle les citoyens peuvent signaler les morsures de tiques. Nous avons également développé des applications pour Smartphone qui permettent à la population de contribuer à la surveillance de l’exposition aux vecteurs. En plus de la surveillance de routine, Sciensano a lancé en juin 2016 un projet de recherche (HUMTICK) visant à étudier le coût et la charge de la borréliose de Lyme ainsi que l’occurrence d’autres maladies véhiculées par les tiques en Belgique.

 

Champs électromagnétiques Allergie au pollen

QR code

QR code for this page URL

Contacts

Analysis upon request

There are currently no analysis associated to this health topic