Consommation et sécurité alimentaires

L’alimentation de la population et la sécurité alimentaire sont au centre des préoccupations de Sciensano.  

Avoir de bonnes habitudes alimentaires est essentiel pour la santé. Une alimentation saine procure vitalité, bien-être et protège d’un bon nombre de maladies, comme les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’obésité et certaines formes de cancer. C’est pourquoi Sciensano mesure, grâce à ses enquêtes de consommation alimentaire, si ce que les Belges mangent correspond aux recommandations nutritionnelles

Pour garantir leur qualité, les aliments font l’objet d’un contrôle continu. En Belgique, le SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement et l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire (AFSCA) veillent à la sécurité de la chaîne alimentaire, et font appel à l’expertise de Sciensano pour assurer cette surveillance. Nous sommes l’organe de référence pour six grands domaines relatifs à la sécurité de la chaîne alimentaire :

  • la microbiologie 
  • les OGM 
  • les contaminants et résidus dans l’alimentation 
  • les matériaux en contact avec la nourriture
  • les additifs alimentaires
  • les nanomatériaux.

Nos partenaires font aussi appel à l’expertise de Sciensano pour la surveillance de la santé animale, un maillon important de la chaîne alimentaire. En effet, les animaux peuvent être porteurs de micro-organismes qui peuvent se transmettre à l’homme via l’alimentation ou par contact direct avec l’animal.

Quelques exemples de nos actions

Que mangeons-nous ?

Il existe un lien direct entre les maladies chroniques telles que le diabète, les maladies cardiovasculaires et la composition de notre régime alimentaire (consommation excessive de graisses et de sucres, par exemple). Nos mauvaises habitudes alimentaires peuvent également être à l’origine de carences en vitamines et en minéraux, ainsi que de maladies comme l’ostéoporose, l’anémie ou la fatigue.

Dans son Enquête de consommation alimentaire, Sciensano étudie en détails les habitudes de la population parmi toutes les tranches d’âge : les adultes et les personnes âgées, mais également les enfants et les adolescents en pleine croissance. Nous les interrogeons sur leurs habitudes alimentaires, leurs apports en nutriments, mais aussi leur niveau d’activité physique et leurs mensurations. 

Sur la base des résultats de ces enquêtes, nous formulons des recommandations qui contribuent à développer une politique nutritionnelle : limiter la consommation excessive de sel pour lutter contre la tension artérielle, préconiser  l’utilisation chez les boulangers du sel iodé dans le pain pour lutter contre les carences d’iode au sein de la population belge, etc. Les résultats de L’Enquête de consommation alimentaire permettent également de mesurer les risques des contaminants et des additifs dans l’alimentation, et contribuent ainsi à les réduire. 

Microbiologie alimentaire : que se cache-t-il dans nos assiettes ?

Sciensano héberge tous les laboratoires nationaux de référence dans ce domaine et y analyse des échantillons alimentaires envoyés par l’AFSCA. Le but est d’identifier et de quantifier d’éventuels germes (bactéries, virus, … qui provoquent les maladies) présents dans la nourriture. Les résultats de nos analyses sont communiqués à l’AFSCA.

Nous apportons également notre soutien à l’AFSCA et aux autorités en cas de toxi-infection alimentaire humaine ; notre rôle est alors d’identifier les sources de la contamination. Lors d’une toxi-infection alimentaire, c’est à notre laboratoire que l’AFSCA envoie les échantillons pour analyse. En fonction des résultats fournis par Sciensano, elle peut prendre certaines mesures, comme le retrait d’un aliment du marché.

Sciensano surveille également la santé animale ; l’une des raisons est que certaines maladies animales peuvent constituer un risque pour le citoyen, via la chaîne alimentaire notamment . Certaines bactéries peuvent se transmettre de l’animal à l’homme et causer des maladies, alors qu’elles sont inoffensives dans l’intestin des animaux. Nous pouvons être infectés par ces bactéries en ayant un contact direct avec des animaux infectés, avec leur lait ou avec de la viande contaminée et insuffisamment cuite par exemple. 

Les OGM alimentaires sous contrôle

À travers ses travaux de recherche, Sciensano développe des technologies de pointe afin de détecter les OGM dans l’alimentation humaine et animale. Grâce à ces technologies, nous apportons notre soutien à l’AFSCA pour détecter (et éventuellement quantifier) les OGM présents dans la nourriture. Nos résultats lui sont communiqués et l’AFSCA vérifie l’étiquetage obligatoire pour tous les produits contenant des OGM. Cela permet de garantir la liberté de choix du consommateur.

Les contaminants et résidus dans l’alimentation : quels risques pour le consommateur ? 

Les contaminants provenant de l’environnement tels que les métaux lourds, les dioxines ou les toxines, et les résidus alimentaires (substances qui peuvent entrer en contact avec la nourriture suite à la contamination du milieu ambiant par des pesticides, des médicaments vétérinaires, etc.), sont soumis à une réglementation européenne. En Belgique, Sciensano est le laboratoire de référence pour :

  • les pesticides
  • les contaminants environnementaux
  • les métaux lourds (le plomb, l’arsenic, etc.)
  • les mycotoxines (substances naturelles qui sont produites par des moisissures et qui peuvent être très toxiques).

Dans ce cadre, nous évaluons les risques pour la santé liés à la présence de substances toxiques, de résidus et de contaminants dans l’alimentation. Nous en informons les autorités qui peuvent décider de retirer un produit du marché.

Les matériaux en contact avec la nourriture : doit-on s’en méfier ?

Les emballages de produits préparés, les matériaux des ustensiles de cuisine, les plats et couverts sont souvent composés de métaux, d’alliages ou de plastiques qui peuvent migrer dans la nourriture et représenter ainsi un danger pour la santé.

Si un ingrédient acide comme le citron entre en contact avec de l’aluminium par exemple, de petites quantités de métal ou d’alliage peuvent se dissoudre et se retrouver dans la nourriture. Bien que, la plupart du temps, la contamination soit de loin inférieure au seuil considéré comme « sans risque », ces matériaux font l’objet d’un contrôle régulier par l’AFSCA, à qui nous prêtons une assistance technique et scientifique en tant que laboratoire de référence. Nous effectuons des analyses de migration de phtalates et bisphénol A, mais aussi de plomb ou encore d’aluminium, et conseillons les autorités en matière d’analyses réalisés par les laboratoires officiels ou agréés. Les résultats sont ensuite communiqués au SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement qui assure le suivi de la réglementation dans ces matières (additifs alimentaires, arômes, nouveaux aliments, entre autres).

QR code

QR code for this page URL

Contacts