Le pourcentage de professionnels de la santé présentant des anticorps atteint 64 %

Publié le : 
Vendredi, 19 mars 2021
Last updated on 19-3-2021 by Lieke Vervoort

Sciensano et l’Institut de Médecine Tropicale (ITG) suivent l’évolution de la présence d’anticorps contre le coronavirus chez les professionnels de la santé dans les hôpitaux. Le nombre de professionnels de la santé présentant des anticorps a évolué entre la fin janvier et la fin février 2021 de 24.1 % à 63.7 %. Cette augmentation est principalement due à la campagne de vaccination du personnel de santé dans les hôpitaux mis en place depuis le 18 janvier. 

Entre avril et fin septembre 2020, le nombre de professionnels de la santé présentant des anticorps contre le coronavirus est resté relativement stable, autour de 8 à 9 %. Ce nombre a évolué une première fois jusqu’à atteindre 24.1 % fin janvier, puis a connu une augmentation importante jusqu’à fin février et s’élève à 63.7 %. La première augmentation reflète la situation lors de la 2ème vague, alors que l’augmentation en février est principalement due à la vaccination du personnel de santé dans les hôpitaux.

Depuis octobre 2020, l’échantillon concerne 423 professionnels de la santé dans 12 hôpitaux belges. Les 113 professionnels de la santé qui présentaient des anticorps contre le coronavirus pour la première fois fin février et qui ont rempli le questionnaire correspondant, ont tous indiqué qu’ils avaient été vaccinés. 64 % d’entre eux ont déjà reçu deux doses de vaccin, 36 % d’entre eux une première dose.

80 % des professionnels de santé participants, qui ont également communiqué leur statut vaccinal, avaient déjà reçu au moins 1 dose de vaccin au moment de la collecte des échantillons fin février.

Sur les 229 participants partiellement ou totalement vaccinés dont les résultats des tests étaient disponibles à la fin du mois de février, 58 professionnels de santé présentaient déjà des anticorps avant la vaccination et 113 participants en présentaient pour la première fois. 58 participants partiellement ou complètement vaccinés n’avaient pas encore d’anticorps contre le coronavirus. Ceci peut s’expliquer par le fait que 57 de ces 58 professionnels de la santé n’avaient reçu qu’une seule dose de vaccin en moyenne 6 jours avant la prise de sang, ou par une période trop courte pour le développement d’anticorps.
 

QR code

QR code for this page URL