Des données récentes prédisent un risque accru de transmission du virus de l’encéphalite japonaise (JEV) en cas d’introduction chez les porcs : étude des réponses immunitaires induites par le JEV et évaluation des tests de diagnostic [JEV-PIG-IMMUNODIA]

Last updated on 4-4-2019 by Sarah Moreale
octobre 1, 2017
juin 30, 2021

Les services qui travaillent sur ce projet

Chercheurs de projet de Sciensano

Partenaires

Herman Favoreel
Kai Dallmeier

En bref

Le virus de l’encéphalite japonaise est un agent pathogène (à savoir un agent responsable de maladies) transmis par les moustiques et principalement présent en Asie. Il se reproduit chez les porcs et les oiseaux aquatiques, mais peut également être transmis à l’homme, chez qui il cause occasionnellement des maladies neurologiques. Ce projet nous permettra d’être mieux préparés à répondre à une introduction du virus en Belgique. Nous étudions si le virus peut infecter les porcs d’élevage belges et la réponse immunitaire déclenchée par le porc pour éliminer le virus. Par ailleurs, il permettra de mettre en place des tests de diagnostic pour détecter le virus et les anticorps spécifiques au virus.

Résumé du projet

Le virus de l’encéphalite japonaise (VEJ) est un flavivirus zoonotique transmis par les moustiques qui est actuellement endémique dans d’importantes parties de l’hémisphère est. Son cycle de transmission naturel comprend les moustiques Culex comme vecteur principal et les porcs et oiseaux aquatiques comme importants hôtes d’amplification. L’homme et le cheval peuvent également être infectés, mais sont considérés comme des culs-de-sac épidémiologiques. Bien que le VEJ soit considéré comme une maladie potentiellement émergente en Europe, seuls des efforts restreints ont été faits jusqu’à présent pour préparer une émergence potentielle du VEJ, probablement parce que la probabilité de transmission autochtone du VEJ par des moustiques indigènes est considérée comme faible.

Plusieurs découvertes récentes démontrent toutefois clairement qu’une introduction accidentelle du VEJ en Europe, et en particulier dans des pays producteurs de porcs comme la Belgique, pourrait être associée à des risques économiques et sanitaires plus importants qu’on ne le pensait auparavant. Il a en effet été démontré que les moustiques Culex pipiens européens, qui constituent l’espèce la plus répandue de moustiques en Belgique, sont des vecteurs compétents du VEJ et que le VEJ peut également se transmettre par contact direct entre les porcs en l’absence de vecteur moustique. 

Afin d’évaluer l’importance potentielle de cette menace pour l’industrie porcine, des informations détaillées sur les interactions entre le virus et le porc sont nécessaires, mais font actuellement défaut. Dans ce projet, nous étudions dès lors la pathogenèse du VEJ et les réponses immunitaires innées, humorales et cellulaires associées chez les porcs après une infection par le VEJ. Cela permettra de développer un modèle infectieux adapté qui peut être utilisé à l’avenir pour valider l’efficacité vaccinale de vaccins récemment développés et existants chez les porcs d’élevage européens. Par ailleurs, cela permettra de mettre en place différents tests de diagnostic pour détecter le VEJ et les anticorps spécifiques au VEJ dans différentes matrices. D’importants efforts seront dédiés à l’analyse de l’interréaction de ces tests avec d’autres flavivirus. 

Cette description regroupe deux projets successifs :

  • 10/2017 — 09/2018 | JEV-PIG (RF17/6319) 
  • 0½019 — 06/2021 | JEV-PIG-IMMUNODIA (RF18/6329)

Sujets santé associés

QR code

QR code for this page URL