CITRIRISK - Prévalence de la citrinine dans les chaînes alimentaires humaine et animale en Belgique, et risque pour l'homme et l'animal

Last updated on 20-3-2019 by Sébastien Daems
octobre 1, 2016
septembre 30, 2020

Les services qui travaillent sur ce projet

Chercheurs de projet de Sciensano

Partenaires

Sarah De Saeger
Siska Croubels
Mathias Devreese

En bref

La citrinine (CIT) est une mycotoxine produite par différents champignons présents dans les céréales, les haricots, les fruits, les légumes, les herbes et les épices. On sait que cette mycotoxine passe dans les produits d’origine animale. À ce titre, elle suscite de fortes inquiétudes en termes de sécurité alimentaire. Par conséquent, il est indispensable d’obtenir un plus grand nombre de données sur la toxicité et la teneur de la CIT dans les denrées alimentaires, afin de permettre à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) une meilleure évaluation des risques pour la santé. Dans cette optique, il a été demandé aux États membres de surveiller les concentrations de CIT dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux.

Résumé du projet

Un avis scientifique sur la citrinine (CIT) publié par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) en 2012 insiste sur la nécessité de recueillir d’autres données concernant la toxicité et la teneur de la CIT, afin d’évaluer les risques liés à la présence de cette mycotoxine dans les denrées alimentaires et les aliments pour animaux (AESA 2012).

Grâce à une approche intégrée, les partenaires de recherche pourront collecter des informations sur la teneur en CIT de différents aliments commercialisés en Belgique, en s’attachant à identifier toutes les sources d’ingestion envisageables et leur degré d’importance. Sciensano fournira les matériaux de référence (MR) nécessaires, destinés à être mélangés aux aliments pour animaux de base dans le cadre d’études animales en fonction des données de teneur de la CIT dans les différentes matrices.

De plus, la toxicocinétique et la biodisponibilité orale absolue de la CIT chez le cochon et le poulet de chair seront étudiées, de même que son passage dans des tissus comestibles (tissus rénaux et musculaires du cochon et du poulet de chair ; œufs de poules pondeuses). Le cochon pourra également servir de modèle toxicocinétique pour l’homme, compte tenu des similitudes anatomiques et physiologiques, entre autres, de leur tractus gastro-intestinal, de leur foie et de leurs reins. Actuellement, un métabolite de phase I de la CIT a déjà été décrit : la dihydrocitrinone (HD-CIT). Néanmoins, une spectrométrie de masse à haute résolution (SMHR) nous permettra d’analyser d’autres éventuels métabolites de phase I et II, et ainsi de percer le mystère de sa biotransformation.

Le projet de recherche visera les objectifs suivants :

  1. optimiser et valider des méthodes CL(U)HP-SM/SM adéquates pour déterminer la présence de CIT dans des aliments pour animaux, dans 10 différents groupes de denrées alimentaires et dans divers tissus comestibles d’origine animale ;
  2. recueillir des données sur la teneur de la CIT dans 10 différents groupes de denrées alimentaires (400 échantillons au total) et dans 100 échantillons d’aliments pour animaux commercialisés en  Belgique;
  3. déterminer le profil toxicocinétique et la biodisponibilité orale absolue de la CIT chez le cochon et le poulet de chair ;
  4. caractériser le passage de la CIT entre les aliments pour animaux et les produits d’origine animale destinés à la consommation humaine ;
  5. évaluer la toxicité et les lésions organiques chez le cochon, le poulet de chair et la poule pondeuse ;
  6. mener des recherches sur les éventuels métabolites de phase I et II par SMHR ;
  7. réaliser une évaluation des risques en Belgique.

QR code

QR code for this page URL