Évaluation de l'impact sur la santé

Responsable de unit: 

Evaluer les effets de l’environnement sur la santé humaine

Nous étudions l’impact des expositions environnementales sur la santé humaine. Nous nous concentrons sur divers facteurs chimiques, physiques, biologiques non infectieux tels que la pollution de l’air, la biodiversité, les radiations ionisantes, l’urbanisation ou la chaleur urbaine.

L’équipe de recherche se compose d’experts en biologie, bioingénierie, épidémiologie ou en sciences géographiques, lui permettant de suivre les approches «One health” et “EcoHealth”. Les méthodes d’étude s’appuient sur 1) le couplage de bases de données de santé et environnementales existantes et 2) le recueil de nouvelles données sur le terrain par le biais de questionnaires, d’entretiens et/ou la collecte d’échantillons biologiques humains.

Nos conclusions sont communiquées aux décideurs et fournissent des preuves scientifiques pour la mise en place d’actions pertinentes dans les domaines de la santé publique et de la gestion de l’environnement.

Curieux d’en savoir plus ?

Nos questions de recherche incluent : Quels sont les effets néfastes pour la santé associés à une exposition prolongée à de faibles concentrations en polluants intérieurs/extérieurs ? Dans quelle mesure la vulnérabilité d’une population (par exemple : pathologies sous-jacentes) influence l’impact de la chaleur et de la pollution de l’air sur la santé ? Quelles sont les relations spatiales et temporelles entre espaces verts, biodiversité et santé ? Une augmentation des concentrations en aéroallergènes conduit-elle à une augmentation des taux d’hospitalisation pour asthme ? Quelles sont les relations entre caractéristiques urbaines et santé mentale ? Y-a-t-il une augmentation du risque de développer un cancer chez les personnes vivant à proximité de sites nucléaires ? En s’appuyant sur l’expérience acquise lors de l’accident de train de Wetteren qui conduisit à une exposition de la population à l’acrylonitrile (2013), nous continuons par ailleurs à soutenir les autorités lors d’incidents environnementaux.

 

Pour répondre à ces questions, nous couplons nos bases de données avec des informations fournies par différents Services Publics Fédéraux, l’Agence InterMutualiste, la Cellule Interrégionale de l’Environnement, l’Institut Royal Météorologique, l’équipe Aérobiologie de Sciensano, Institut flamand pour la recherche technologique (VITO), les universités et les institutions internationales telles que l’Organisation Mondiale pour la Santé. En partenariat avec d’autres unités de Sciensano, nous mettons également en place des études sur le terrain utilisant des appareils de mesure, des questionnaires, des techniques de biomonitoring (c.à.d. l’analyse de molécules provenant de tissus ou fluides corporels reflétant une exposition environnementale, ses effets ou des facteurs de vulnérabilité) pour recueillir des données de santé et environnementales individuelles détaillées. Notre équipe a dans ce cadre développé des projets faisant appel aux « technologies mobiles pour la santé » et à la « science citoyenne » (applications téléphone, GPS, échantillonneurs passifs individuels, etc.). Pour tous ces sujets de recherche, une attention particulière est donnée aux facteurs socioéconomiques susceptibles d’impacter les relations entre environnement et santé, ainsi qu’aux populations vulnérables telles que les enfants, les personnes âgées ou celles souffrant, par exemple, de maladies préexistantes.

Nos travaux de recherche sont financés par Sciensano, l’Europe, l’Etat belge ou des organisations régionales. Nous partageons les conclusions de nos études via des rapports, des publications scientifiques, des présentations à des congrès ou par retour direct avec les participants aux études.

QR code

QR code for this page URL