Impact de la crise sur les Belges : Sciensano publie les premiers résultats de la deuxième enquête de santé COVID-19

Publié le : 
Vendredi, 15 mai 2020
Last updated on 15-5-2020 by Lieke Vervoort

Dans le cadre de l’enquête de santé COVID-19 lancée par Sciensano, les citoyens ont répondu à une série de questions portant sur l’impact du COVID-19 sur leur santé, l’utilisation des services de santé ou encore leurs modes de vie. Sciensano en publie aujourd’hui les  premiers résultats de la deuxième enquête de santé COVID-19. Des données éclairantes sur ce que vivent et ressentent les Belges au quotidien qui permettront aux politiques d’évaluer les conséquences de la crise sur la santé publique et d’en tenir compte pour la suite de l’épidémie.

Une enquête en deux temps :

  • 1er questionnaire en ligne du 2 au 9 avril
  • 2e questionnaire en ligne du 16 au 23 avril


Au total, plus de 40 000 participants ont donné de leur temps pour y répondre. Les résultats ainsi récoltés permettent une double analyse :

  • La comparaison avec les résultats de la dernière enquête de santé que Sciensano a organisée en 2018 permet d’évaluer la santé et le ressenti des Belges par rapport à un contexte « normal ». 
  • Aussi, étant donné la récurrence de certaines thématiques dans les 2 questionnaires, la comparaison des résultats entre l’enquête n°1 et l’enquête n°2 permet de suivre les tendances à mesure que la crise a évolué. 

Coup d’œil sur quelques résultats marquants 

Les Belges…

  • … se sentent suffisamment informés sur le COVID-19 et les mesures de protection en vigueur au moment de l’enquête. En revanche, la proportion de la population qui dit ne pas respecter strictement les mesures de distanciation sociale et de confinement imposées par le gouvernement a légèrement augmenté entre la première et la deuxième enquête
  • … qui ont peu confiance dans les institutions sont plus nombreux à ne pas respecter strictement les mesures. L’âge semble également jouer dans le respect des mesures, les jeunes étant moins enclins à les respecter. Les services de soins de santé et les institutions scientifiques bénéficient quant à eux de la confiance d’une large majorité de répondants.
  • … semblent avoir modifié leurs habitudes liées à l’activité physique durant la crise (certains la pratiquent davantage, d’autres moins). En ce qui concerne la sédentarité, le pourcentage de personnes (18 ans et +) qui restent assises plus de 8 heures par jour (56,1%) a plus que doublé par rapport à l’enquête de santé de 2018 (23,4 %).
  • … disent avoir pris du poids depuis le début des mesures de confinement (25 %).
  • … semblent consommer moins d’alcool mais plus de tabac qu’en temps « normal » si l’on compare à l’enquête de 2018 et si l’on se réfère à ce qu’indiquent les consommateurs (23 % indiquent boire moins depuis les mesures de restrictions ; 37 % disent fumer davantage). La consommation de tranquillisants et de somnifères est en augmentation par rapport à l’enquête de santé 2018.
  • … n’ont globalement pas modifié leurs habitudes alimentaires.
  • … sont davantage victimes de violence domestique. L’enquête révèle notamment que, parmi les victimes de violence régulière (c’est-à-dire hors période de crise), 2 sur 5 déclarent avoir subi une violence accrue au cours de cette période de crise. Cela concerne surtout les violences verbales et psychologiques.
  • … se sentent davantage insatisfaits à l’égard des contacts sociaux dans la deuxième enquête de santé COVID-19 que dans la première (62 % contre 58 %).  (Ces résultats reflètent la situation avant l’annonce du Conseil national de sécurité du 6 mai).
  • … sont surtout inquiets pour la santé de leurs proches et la leur. Parmi les sentiments négatifs qui prédominent, on note également des sentiments d’horreur, d’impuissance, de frustration et de colère par rapport à ce qui se passe. 

En conclusion

« La crise du coronavirus semble influencer certaines habitudes des Belges, mais cet impact n’est pas perceptible sur l’ensemble des indicateurs étudiés », explique Karin De Ridder, chef de l’équipe « Mode de vie et maladies chroniques » chez Sciensano.

Les principaux changements s’observent :
 

  • au niveau de l’activité physique où on note un changement dans les habitudes mais également au niveau de la sédentarité qui se veut plus marquée, en raison de la quarantaine et du télétravail généralisé probablement.
  • sur la consommation d’alcool (en légère baisse), la consommation de tabac et de sédatifs (en augmentation). 
  • au niveau de la violence domestique, plus présente pendant cette crise.
  • dans la nature des sentiments ressentis, avec la notion d’altruisme qui prédomine, tant au niveau des affects positifs que négatifs.

À suivre…

Un troisième volet de l’enquête sera lancé à la fin du mois de mai. Il se penchera sur le ressenti des Belges par rapport à l’assouplissement des mesures, et sur de l’impact de la crise sur notre santé et notre bien-être. Plus d’informations prochainement sur le site web de Sciensano

Plus d’infos ?

Consultez le rapport complet ici. Il est également disponible en néerlandais.

Consultez nos news sur les deux enquêtes en ligne lancées en avril, pour en savoir davantage sur l’enquête de santé COVID-19 (objectifs, respect de la vie privée…) :
Impact du COVID-19 sur la santé des Belges
La 2e enquête de santé COVID-19 est en ligne 
 

Personne(s) de contact: 

QR code

QR code for this page URL