Allerpol - Développement de nouvelles méthodes de biologie moléculaire pour la quantification du pollen dans l'air dans le cadre d'une surveillance aérobiologique

Last updated on 20-12-2018 by Aurélie Felice
janvier 1, 2016
décembre 31, 2019

Source de financement

Sciensano

En bref

La surveillance de la concentration de pollen dans l'air est cruciale tant pour les patients allergiques que pour les médecins. Grâce à elle, il est possible d'établir un diagnostic de pollinose, d'adapter les traitements et de conseiller des mesures d'éviction pendant les périodes à haut risque. La méthodologie actuellement utilisée par les réseaux de surveillance aérobiologique repose sur l'identification des types de pollen par microscopie. Cette technique présente toutefois des inconvénients, notamment l'impossibilité de distinguer les pollens de certains végétaux allergènes. Ce projet vise à développer de nouvelles alternatives qui permettraient d'identifier et de quantifier le pollen à partir de son ADN.

Résumé du projet

La méthode standard de comptage du pollen dans l'air consiste à identifier manuellement les grains de pollen par reconnaissance visuelle de caractéristiques morphologiques spécifiques au microscope optique ; une tâche qui demande beaucoup de temps et de personnel formé. Les erreurs liées à la procédure de comptage du pollen varient de 10 à 30 % selon la quantité de pollen, la taille des échantillons et l'expérience de l'agent en charge du comptage. De plus, avec cette technique, il est difficile de distinguer différents taxons polliniques d'une même famille. C'est le cas notamment des grains de pollen de graminées (famille des Poaceae) ou des espèces du genre Parietaria, lesquels présentent des caractéristiques morphologiques identiques aux grains de pollen du genre Urtica (famille des Urticaceae).

En savoir plus sur le projet Allerpol

Aujourd'hui, l'étude de l'ADN génomique permet aux aérobiologistes de surmonter les obstacles associés aux approches classiques et d'identifier spécifiquement les taxons polliniques au niveau du gène ou de l'espèce. Grâce à la PCR quantitative en temps réel (qRT-PCR) et à la PCR en gouttelettes (ddPCR), il est possible de mener des analyses rapides, sensibles et précises pour détecter et quantifier l'ADN cible spécifique. Il convient d'ailleurs de noter que la ddPCR offre une quantification absolue et hautement précise, sans nécessiter de tracer une courbe d'étalonnage.

Ce projet consiste à évaluer la possibilité d'utiliser ces techniques de biologie moléculaire en tant qu'alternatives à l'analyse optique pour détecter et quantifier des groupes élargis de taxons polliniques allergènes. Par extension, ce projet devrait contribuer à l'élaboration d'une méthode complète et étalonnée pour la détection dans l'air de pollen de Parietaria spp., à l’aide des techniques qRT-PCR et ddPCR. Après avoir comparé les deux techniques PCR en termes de précision et de rentabilité, nous décrirons les résultats dans le cadre d'une publication examinée par les pairs. Globalement, cette méthode permettra de valider le concept pour la détection approfondie d'autres taxons polliniques.

Au niveau mondial, le développement de nouvelles techniques de surveillance génétique des concentrations de pollen dans l'air contribuera à remédier aux faiblesses actuelles de la surveillance aérobiologique par microscopie. Ainsi, ce nouvel outil devrait permettre de définir et de caractériser la saison pollinique de la pariétaire, l'un des allergènes les plus importants de la région méditerranéenne. Actuellement, on ignore la durée de cette saison en Belgique, en raison d'un effet de masque induit par la saison pollinique de l'ortie. Sur le plan de la santé publique, la surveillance aérobiologique de la pariétaire permettrait d'évaluer le risque potentiel de développer une allergie respiratoire dans plusieurs régions belges dans lesquelles d'importantes populations de ces végétaux ont été recensées (à savoir dans les zones urbaines situées notamment le long des canaux de Bruges, le long des rives de la Meuse à Namur, etc.).

Sujets santé associés

QR code

QR code for this page URL