Impact de la nature sur la distribution de la santé mentale [NAMED]

Last updated on 15-5-2019 by Daisy Tysmans
juillet 1, 2017
juin 30, 2021

Source de financement

Federal Science Policy Office (Belspo)

Les services qui travaillent sur ce projet

Chercheurs de projet de Sciensano

En bref

Les maladies mentales constituent un problème croissant dans les sociétés modernes. En Belgique, le nombre de personnes présentant des difficultés psychologiques a augmenté de 6 % entre 2008 (26 %) et 2013 (32 %). Il est frappant de constater que ces symptômes sont plus fréquents dans la Région de Bruxelles-Capitale que dans le reste du pays. Plusieurs études internationales ont montré les effets négatifs de l’urbanisation sur la santé mentale, tandis que d’autres ont mis en évidence les effets bénéfiques des zones naturelles. Seules quelques recherches sont disponibles sur ce sujet en Belgique. Dans le cadre du projet NAMED, nous étudions donc l’impact des environnements bâtis et non bâtis sur le bien-être mental des Bruxellois.

Résumé du projet

Le projet NAMED se concentre sur la Région de Bruxelles-Capitale et vise à :

  • évaluer les relations entre les environnements (non) construits, l’air, la pollution sonore et la santé mentale
  • acquérir des connaissances sur les mécanismes sous-jacents. 

Pour atteindre ces objectifs, nous combinons 2 approches complémentaires :

  1. d’une part, nous menons une étude épidémiologique basée sur le couplage entre les données des enquêtes nationales de santé par interview et les indicateurs décrivant le lieu de résidence de chaque participant en termes de caractéristiques urbaines, de qualité de l’air et de bruit. Ces indicateurs sont développés spécifiquement pour le projet et reposent sur des systèmes d’information géographique et de suivi. Cette étape permet d’explorer les relations entre santé mentale et milieu de vie. Cela nous permet également d’enquêter sur le rôle des variables intermédiaires potentielles, telles que l’impact des facteurs socio-économiques, le soutien social, les activités de loisirs, etc. 
  2. en parallèle, nous interrogeons les habitants (entretiens semi-structurés organisés dans leur quartier) sur leurs perceptions et préférences concernant leur cadre de vie en matière de santé mentale. Nous consultons également des parties prenantes et des experts locaux par le biais de groupes de discussion et d’évaluations approfondies par les pairs.

Ces approches font appel à des experts en sciences médicales, épidémiologiques, géographiques et sociales et nous permettent d’avoir une vue d’ensemble du sujet. Les conclusions permettront d’informer les décideurs et de suggérer des actions concrètes fondées sur des preuves qui s’avèrent utiles pour la santé publique, la planification urbaine et la gestion de la nature.

Sujets santé associés

QR code

QR code for this page URL