Questions fréquemment posées - projet AgMask

Last updated on 4-3-2021 by Wesley Van Dessel

Mon masque buccal contient-il aussi des nanoparticules d’argent ?

Actuellement, seuls les résultats des analyses du masque Avrox ont été validés. Dans le cadre de l’actuel projet AgMask, nous analysons des groupes de masques ayant été traités avec des biocides à base d’argent, à savoir des masques ayant été traités avec des ions d’argent, avec des nanoparticules d’argent et avec une technologie libérant progressivement des ions d’argent (comme Silvadur). Nous analysons pour chacun de ces groupes si des ions et/ou des nanoparticules d’argent peuvent être libérés et si cela entraîne une exposition à l’argent via la respiration. Au stade actuel des recherches, nous ne pouvons pas encore nous prononcer sur la présence de nanoparticules dans des masques buccaux spécifiques traités à l’argent, ni sur une éventuelle exposition en cas d’utilisation.

Où puis-je faire tester mon masque ?

Actuellement, il n’est pas possible de faire tester des masques parce qu’une nouvelle méthode de test est nécessaire à cet effet et que celle-ci n’est utilisée que chez Sciensano. Notre capacité de test est également limitée. C’est pour cette raison que dans le cadre du projet AgMask, nous analysons des groupes de masques ayant été traités avec des biocides à base d’argent similaires, à savoir les masques buccaux traités avec des ions d’argent, avec des nanoparticules d’argent et avec une technologie libérant progressivement des ions d’argent (comme Silvadur). Nous analysons pour chacun de ces groupes si des ions et/ou des nanoparticules d’argent peuvent être libérés et si cela entraîne une exposition à l’argent via la respiration.

J’ai porté un masque Avrox. Dois-je m’inquiéter ?

Les recherches actuelles montrent que des nanoparticules d’argent et de dioxyde de titane sont présentes dans les masques mais pas qu’elles sont effectivement libérées. D’autres recherches doivent nous permettre de savoir si cela est effectivement le cas (projet AgMask).

Dans son avis du 23 février 2021, le Conseil supérieur de la santé (CSS) affirme qu’il n’est pas exclu qu’en cas d’utilisation de masques buccaux Avrox, des valeurs toxicologiques plafonds puissent être dépassées, mais ce risque doit être relativisé étant donné les nombreuses incertitudes relatives au degré d’exposition et à l’approche toxicologique conservative. Autrement dit : en cas d’exposition, les risques seraient probablement limités.

Le CSS recommande par mesure de précaution d’être momentanément prudent avec l’utilisation de ces masques buccaux, en attendant (1) davantage d’informations scientifiques sur l’exposition et le type d’exposition à l’argent via la respiration et (2) l’évaluation toxicologique.

Quelles marques de masques vont encore être testées et quand les résultats seront-ils disponibles ??

L’actuel projet AgMask ne se concentre pas sur le contrôle de certaines marques, ni de tous les masques actuellement commercialisés. Ce n’est pas faisable dans la pratique parce qu’il s’agit d’une nouvelle méthode de test qui n’est utilisée que chez Sciensano. Etant donné que notre capacité de test est limitée, nous nous concentrons sur l’analyse de groupes de masques ayant été traités avec des biocides à base d’argent similaires, à savoir les masques buccaux traités avec des ions d’argent, avec des nanoparticules d’argent et avec une technologie libérant progressivement des ions d’argent (comme Silvadur). Nous analysons pour chacun de ces groupes si des ions et/ou des nanoparticules d’argent peuvent être libérés et si cela entraîne une exposition à l’argent via la respiration.

Les résultats de ces analyses vont nous permettre d’évaluer d’éventuels risques pour la santé et ils aideront les autorités à prendre des mesures adéquates.

Où puis-je trouver les résultats de l’étude?

Le projet AgMask analyse si des risques éventuels pour la santé pourraient être liés au traitement des masques à l’aide de différentes formes d’argent comme moyen antibactérien. Sciensano utilise à cet effet une nouvelle technique innovante qui n’est encore appliquée nulle part ailleurs. De plus, seul un petit nombre de laboratoires en Europe sont capables d’effectuer de telles mesures complexes.

Vous trouverez sur la page web du projet AgMask un rapport d’analyse avec les résultats validés de la caractérisation in situ par microscope électronique de l’un des masques analysés. Sciensano effectuera des mises à jour sur les prochaines étapes de l’étude dès que les progrès enregistrés dans le projet AgMask le permettront. Le projet a une durée de 2 ans et évolue à différents niveaux dans un nouveau domaine scientifique. C’est la raison pour laquelle nous ne pouvons actuellement pas donner de garanties sur le contenu et sur le timing exacts des prochaines mises à jour.

 

En savoir plus du projet AgMask ?

QR code

QR code for this page URL