E. coli pathogènes

Escherichia coli (E. coli) est une bactérie intestinale présente chez l’homme et l’animal. Elle est généralement inoffensive et même utile. Certaines représentantes peuvent toutefois causer des maladies chez l’homme, comme la diarrhée ou des maladies en dehors du système intestinal (p. ex. infections des voies urinaires). Les jeunes enfants, les personnes immunodéprimées ou les personnes âgées sont surtout sujettes aux infections causées par ces E. coli pathogènes (c’est-à-dire qui provoquent une maladie).

Quels sont les pathotypes d’E. coli ?

E. coli est un groupe varié de bactéries. Les souches pathogènes d’E. coli sont réparties en différents types, qu’on appelle des pathotypes, en fonction de leurs facteurs de virulence (autrement dit les molécules produites par des micro-organismes qui provoquent une maladie chez l’homme ou l’animal). Six pathotypes sont associés à la diarrhée et sont communément appelés E. coli entérotoxigéniques. Il s’agit de : 

  • E. coli productrice de shigatoxines (STEC), également appelée E. coli productrice de vérocytotoxines (VTEC). 
  • ECET : E. coli entérotoxigéniques
  • ECEP : E. coli entéropathogènes
  • ECEAgg : E. coli entéroagrégatives
  • ECEI : E. coli entéroinvasives
  • ECDA : E. coli à adhésion diffuse

Que sont les E. coli productrices de shigatoxines (STEC) ?

Certaines E. coli provoquent des maladies chez l’homme en produisant des shigatoxines. Ces souches sont appelées ‘E. coli productrices de shigatoxines’ ou STEC. Ce pathotype est le plus cité en rapport avec des infections d’origine alimentaire. E. coli entérohémorragique (EHEC) est une sous-catégorie des STEC et peut, outre une diarrhée modérée, également causer une diarrhée sanglante chez l’homme.

Dans le cas d’infections par le pathotype E. coli STEC, il s’agit très souvent de l’E. coli O157. De nombreuses autres souches de STEC (appelées sérogroupes ou séropathotypes) provoquent par ailleurs des maladies chez l’homme. Ces autres sérogroupes sont souvent communément appelés ‘STEC non-O157’.

Le ‘top 5’ des sérogroupes souvent associés à une maladie sont les E. coli O157, O26, O103, O111 et O145. Une série d’autres sérogroupes spécifiques (à savoir les E. coli O104, O45, O121 et 0174) semblent par ailleurs avoir un lien étroit avec des affections graves, comme le syndrome hémolytique et urémique (SHU).

D’où proviennent les STEC ?

Les types d’E. coli qui causent la diarrhée chez l’homme sont transmis par contact avec de l’eau ou des aliments contaminés, ou bien avec des animaux ou des personnes. Les ruminants comme les bœufs, les chèvres, les moutons et les chevreuils sont principalement porteurs (asymptomatiques) d’E. coli pathogènes. Une infection par contact direct avec des animaux peut par exemple se produire dans les fermes. Le risque est surtout accru dans les fermes pour enfants, étant donné que les enfants sont sensibles à ce genre d’infections. Une bonne hygiène des mains est donc importante. Par ailleurs, les produits à base de lait cru, mais aussi les produits carnés crus ou insuffisamment cuits et les légumes crus, présentent également un risque. Les eaux de surface peuvent aussi être une source d’infection. Au sein de la famille et des crèches, la transmission d’une personne à l’autre est une importante source d’infection. La dose infectieuse est très faible. Selon les estimations, une à dix bactéries suffisent. Il n’est donc pas étonnant que ces infections se propagent rapidement.

Qui contracte une infection à STEC ?

Il n’y a pas d’âge pour contracter une infection. Les enfants en bas âge et les personnes âgées, mais aussi les personnes immunodéprimées, peuvent développer des symptômes pathogènes graves, ainsi que le syndrome hémolytique et urémique (SHU) plus rapidement que les autres. Cela n’empêche toutefois pas que les personnes qui ne font pas partie de ces groupes plus fragiles peuvent également être gravement malades.

Qu’est-ce qu’une infection à EHEC ?

Bien que les E. coli pathogènes causent généralement une diarrhée modérée ou des infections des voies urinaires chez l’homme, la maladie peut également être grave dans certains cas. E. coli entérohémorragique (EHEC), une sous-catégorie des STEC, peut, par exemple, outre une diarrhée modérée, également déclencher une diarrhée sanglante chez l’homme. Des complications peuvent survenir dans 2 à 10 % des cas, comme le syndrome hémolytique et urémique (SHU), qui nécessite parfois une dialyse rénale. 
La gravité de l’infection causée par les STEC dépend de la nature des éléments pathogènes (facteurs de virulence) produits par la souche d’E. coli concernée. Les éléments principaux sont les shigatoxines (Stx1 et Stx2) et par exemple l’intimine (eae).

Qu’est-ce que le syndrome hémolytique et urémique ?

Le syndrome hémolytique et urémique (SHU) est une complication possible des infections à STEC. Il est causé par l’effet de la shigatoxine sur les reins, qui cessent de fonctionner. La plupart des personnes se rétablissent après quelques semaines, mais d’autres peuvent présenter des lésions rénales permanentes, voire mourir des suites de la maladie.

Comment prévenir les infections à STEC ?

Directives pour éviter les infections à STEC :

  • Lavez-vous les mains après être allé aux toilettes ou avoir changé un lange et avant de préparer à manger. Lavez-vous les mains après tout contact avec des animaux ou leur environnement (ferme, parc animalier, à la maison, etc.).
  • Cuisez suffisamment la viande : la viande hachée (p. ex. hamburgers) doit être chauffée à une température à cœur d’au moins 70 °C.
  • Évitez le lait cru, les produits laitiers non pasteurisés et les jus de fruit non pasteurisés.
  • Évitez d’avaler de l’eau lorsque vous nagez ou vous vous baignez dans un lac, un cours d’eau, une piscine, un étang de natation, etc.
  • Lavez bien vos mains, les couteaux, les planches à découper et les autres accessoires après tout contact avec de la viande crue pour éviter la contamination croisée lors de la préparation d’aliments.

Sciensano est le Laboratoire National de Référence (LNR) des E. coli pathogènes. Nous réalisons des recherches sur la présence d’E. coli pathogènes dans notre alimentation, principalement les E. coli productrices des shigatoxines (STEC). Sciensano coordonne par ailleurs un suivi continu des infections à STEC chez l’homme. Nous suivons de près les évolutions de ces surveillances et développons de nouvelles méthodes de détection et de typage sur cette base.

QR code

QR code for this page URL

Contacts

Autres publications

There are currently no publications associated to this health topic

Projects

There are currently no projects associated to this health topic

Evénements

There are currently no events associated to this health topic

Autres sources d’information

There are currently no external links associated to this health topic

Dans les médias

There are currently no media associated to this health topic