Modèles in vivo

Responsable d'unité: 

Comprendre les relations hôtes/pathogènes pour lutter plus efficacement contre les agents infectieux

Nous étudions les deux aspects des interactions entre les pathogènes et leurs hôtes. D’une part, nous nous focalisons sur la manière dont les réponses immunes de l’hôte se développent afin de faire face et d’éliminer une infection. D’autre part, nous nous intéressons également aux stratégies développées par les pathogènes pour se protéger des réponses immunes. Historiquement, Sciensano s’est beaucoup intéressé aux réponses dirigées contre le bacille de Koch aussi appelé Mycobacterium tuberculosis, agent de la tuberculose. Ces connaissances sont importantes afin de mieux comprendre comment un vaccin peut lutter efficacement contre un pathogène qui infecte un organisme.

Curieux d’en savoir plus ?

Nous travaillons activement au sein de réseaux internationaux afin d’analyser le potentiel vaccinal de nouveaux antigènes et l’efficacité de nouvelles méthodologies vaccinales dans différents modèles expérimentaux. Nous avons ainsi été à la base de l’identification de plusieurs antigènes protecteurs contre la tuberculose. Les vaccins analysés par nos équipes sont soit sous-unitaires (les antigènes sont alors utilisés sous forme de protéines ou encodés par des acides nucléiques), soit vivants atténués.

Parmi nos travaux, figure également la caractérisation de différents composés de bactéries pathogènes ou d’autres organismes qui sont à la base du développement des phénomènes inflammatoires, et qui pourraient être utilisés comme adjuvants pour de nouveaux vaccins. Les adjuvants sont des substances qui n’induisent aucun effet nuisible mais qui permettent d’augmenter la force des réponses immunes générées lors de la vaccination.

Nous nous intéressons également à la caractérisation des réponses immunes induites par des virus ou des réponses allergiques.  

QR code

QR code for this page URL