Push - Consommation problématique de drogues et maladies infectieuses à Bruxelles (Belgique)

Last updated on 29-8-2022 by Cassandre Dugailliez
janvier 1, 2019
décembre 31, 2019

Source de financement

Les services qui travaillent sur ce projet

Chercheurs de projet de Sciensano

En bref

En 2019, un projet de recherche a été mené afin d’obtenir une meilleure estimation du nombre de personnes qui s’injectent des drogues ainsi que la prévalence de l’hépatite C (VHC) au sein de cette population en Belgique. Nous avons commencé à recueillir des données au niveau local, à Bruxelles, afin d’aboutir à des estimations au niveau national. Les résultats de ce projet sont importants pour renforcer la mise en œuvre de mesures de réduction des risques.

Résumé du projet

En Belgique, les personnes qui s’injectent des drogues présentent un risque élevé d’infection par le VHC, car la consommation de drogues injectables est le mode principal de transmission du VHC en Europe. Les estimations du nombre de personnes qui s’injectent des drogues en Belgique sont rares et il existe encore moins de données sur la prévalence du VHC parmi cette population. 
Pour estimer le nombre de personnes qui s’injectent des drogues et la prévalence du VHC dans cette population à Bruxelles, ce projet a utilisé une méthode qui peut également être appliquée pour obtenir des résultats à l’échelle nationale. Ce projet améliore les connaissances sur la consommation des drogues injectables afin que ces informations puissent être utilisées dans une politique efficace et efficiente en matière de drogues et pour poursuivre la mise en œuvre de mesures de réduction des risques, telles que les salles de consommation de drogues et la fourniture d’aiguilles et de seringues stériles, ainsi que pour évaluer si l’objectif de l’OMS de réduction de 90% des infections par le VHC et de 65% de la mortalité hépatique d’ici à 2030 peut être atteint.

N’hésitez pas à prendre contact avec nous! Les journalistes peuvent contacter l’équipe presse de Sciensano.

Résultats

Un total de 253 répondants ont participé à l’étude. La prévalence moyenne non pondérée d’anticorps anti-VHC dans l’échantillon est de 41,1%. De plus, nous estimons que 703 personnes ont consommé des drogues injectables au cours des 12 derniers mois à Bruxelles. Cela signifie qu’au cours des 12 mois, entre 6620 et 7018 personnes ont consommé des drogues injectables en Belgique. Ces résultats montrent qu’un renforcement des efforts est nécessaire pour atteindre les objectifs en matière de VHC définis par l’OMS pour 2030.

Sujets santé associés

QR code

QR code for this page URL