La biosurveillance humaine comme valeur ajoutée de l’enquête de santé par interview [HuBiHIS ]

Last updated on 19-3-2020 by Jill Alexandre
septembre 1, 2017
décembre 31, 2021

Source de financement

Sciensano

Partenaires

Nelly Saenen
Tim Nawrot

En bref

De multiples études ont déjà montré l’impact de l’environnement, et notamment des polluants atmosphériques, sur la santé cardiovasculaire et respiratoire. Le fait que ces indicateurs environnementaux puissent également affecter la santé mentale fait toutefois encore l’objet de débats. En outre, puisque les personnes ne demeurent pas au même endroit tout au long de la journée, évaluer leur exposition réelle est difficile. L’utilisation de biomarqueurs d’exposition internes (indicateurs biologiques mesurables d’exposition) et d’ effets précoces sur la santé permettra à Sciensano de mieux comprendre ces thématiques.

Résumé du projet

Quantifier l’exposition humaine à l’environnement extérieur est une entreprise difficile. Les concentrations ambiantes de polluants atmosphériques à des niveaux potentiellement nocifs sont omniprésentes dans les zones urbaines et sont sujettes à une variabilité spatiotemporelle élevée. Simultanément, chaque individu présente des profils d’activité uniques. Les études épidémiologiques basées sur des modèles d’interpolation spatiotemporels ou une surveillance personnelle sont extrêmement précieuses. Néanmoins, leur contribution scientifique peut être renforcée et intégrée grâce à des biomarqueurs. Ceux-ci ont été introduits selon l’hypothèse qu’ils pourraient améliorer la recherche scientifique sur les effets sur la santé de la pollution atmosphérique ainsi que d’autres expositions, en :

  • améliorant l’évaluation de l’exposition personnelle du fait du lien biologique étroit avec l’individu ;
  • augmentant la compréhension des mécanismes d’action, par ex. en mesurant des biomarqueurs intermédiaires ;
  • permettant l’étude de la sensibilité individuelle.

La verdure environnante est étroitement liée à la pollution atmosphérique. La végétation est connue pour réduire l’exposition à la pollution atmosphérique en absorbant des polluants atmosphériques gazeux et en interceptant les particules nocives. La verdure résidentielle offre des effets positifs plus nombreux que la seule réduction de la pollution atmosphérique. Elle est associée à un poids d’adiposité inférieur, à un poids à la naissance plus élevé, à un taux d’attention supérieur chez les enfants et à une meilleure perception de sa santé personnelle.

En Belgique, la pollution atmosphérique ambiante reste un problème intermittent pour ce qui a trait à la satisfaction des valeurs limites européennes. De surcroît, la Belgique étant densément peuplée, les fractions attribuables à la population peuvent être importantes. HuBiHIS vise à observer dans une étude de biosurveillance humaine (participants ≥ 18 ans) si l’environnement extérieur (pollution atmosphérique et verdure environnante) contribue à la santé cardiovasculaire, respiratoire et mentale en Belgique en intégrant des biomarqueurs d’exposition et d’effets précoces sur la santé.

L’objectif général du projet HuBiHIS est de compléter l’enquête de santé par interview (HIS 2018) et l’enquête de santé belge par examen (BELHES) avec des échantillons biologiques en vue d’évaluer les mesures individuelles d’exposition environnementale et les effets précoces sur la santé.

Objectifs spécifiques de l’étude

  1. Évaluer l’exposition à court et à long terme à la pollution atmosphérique et à la verdure environnante à un niveau résidentiel, ainsi que le tabagisme (passif) en association avec le statut de santé respiratoire, cardiovasculaire et mentale chez une population adulte/âgée ;
  2. Examiner les biomarqueurs d’exposition (carbone noir urinaire, hydrocarbures polycycliques aromatiques et (hydroxy)cotinine) et les biomarqueurs d’effet précoce sur la santé (contenu d’ADN mitochondrial et longueur des télomères) auprès d’une population adulte/âgée en association avec les expositions environnementales (pollution atmosphérique et verdure environnante au niveau résidentiel) et le tabagisme (passif) ;
  3. Évaluer l’association entre les biomarqueurs d’exposition et d’effet précoce sur la santé décrits ci-dessus en fonction des statuts de santé respiratoire, cardiovasculaire et mentale  ;
  4. Évaluer quels facteurs de style de vie (IMC, statut socio-économique, âge, sexe, tabagisme, etc.) sont des déterminants importants dans les associations entre les expositions environnementales, les biomarqueurs d’exposition et d’effet et les statuts de santé.

Valeur ajoutée au niveau scientifique

L’utilisation de biomarqueurs améliorera l’évaluation de l’exposition personnelle, puisqu’ils renforcent le lien avec l’individu. Ils améliorent en outre la compréhension des mécanismes sous-jacents qui régissent l’exposition environnementale et les effets sur la santé.

Valeur ajoutée pour la santé publique

Les échantillons biologiques et les mesures individuelles de l’exposition environnementale offriront une valeur ajoutée dans plusieurs domaines de la santé publique, puisqu’ils apportent une base d’évaluation objective pour la surveillance. Le projet HuBiHIS inclura pour la première fois une étude de faisabilité afin d’évaluer les effets sur la santé de l’exposition à la pollution atmosphérique en Belgique en utilisant des biomarqueurs d’exposition et d’effet.

 

Sujets santé associés

QR code

QR code for this page URL