NSIH-AMR - Surveillance nationale des bactéries (multi)résistantes aux antibiotiques

Last updated on 9-2-2022 by Marinka Vangenck
janvier 1, 1994
Project with no end date

Les services qui travaillent sur ce projet

Chercheurs de projet de Sciensano

Partenaires

En bref

Les infections causées par des bactéries peuvent être traitées par des antibiotiques. Lorsque ces médicaments sont utilisés régulièrement, inutilement (par exemple, en cas d’infection virale) ou incorrectement (par exemple, en arrêtant le traitement antibiotique trop tôt et/ou en utilisant les restes plus tard), les bactéries peuvent devenir «résistantes». Lorsque vous contractez une infection par une bactérie résistante, les antibiotiques peuvent ne plus être efficaces. Cela peut vous rendre gravement malade, ce qui peut entraîner une hospitalisation, une maladie de plus longue durée ou parfois même la mort.  

Le service Infections liées aux soins et antibiorésistance (NSIH) de Sciensano organise, collecte et analyse les données de surveillance de la résistance aux antimicrobiens (AMR) dans les hôpitaux belges. Ces résultats sont transmis aux hôpitaux afin qu’ils puissent prévenir l’émergence de la résistance et/ou stopper la propagation des germes résistants par une utilisation prudente des antibiotiques et en respectant des mesures d’hygiène rigoureuses.

Résumé du projet

La surveillance de la résistance aux antimicrobiens (AMR) dans les hôpitaux belges se compose de 3 parties, décrites ci-dessous. Les données sont décrites dans un protocole d’étude et recueillies au moyen d’un Fichier formulaire d’enregistrement électronique

1. La surveillance de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (MRSA)

Le Staphylocoque doré (Staphylococcus aureus; S. aureus) est une bactérie à gram-positif qui se retrouve fréquemment dans la muqueuse du nez et sur la peau de l’homme. Quand cette bactérie est devenue insensible (résistante) aux traitements avec certains antibiotiques, y compris la méticilline, nous parlons du Staphylococcus aureus résistant à la méticilline (MRSA).

Le MRSA est une bactérie importante en milieu hospitalier qui est suivie par Sciensano dans les hôpitaux belges depuis 1994. Au départ, la participation à cette surveillance était volontaire, mais elle est devenue obligatoire en 2006 pour les hôpitaux belges.

2. La surveillance des bactéries à gram négatif multirésistantes (MRGN)

La Belgique est confrontée, comme d’autres pays européens, à l’émergence rapide de bactéries à gram négatif multirésistantes. Ces bactéries (comprenant entre autre Escherichia coli et Klebsiella pneumoniae) sont retrouvées surtout dans l’intestin de l’homme et peuvent provoquer des infections chez les patients gravement malades.

Grâce à multiples mécanismes de résistance les bactéries à gram négatif peuvent se rendre insensibles (résistantes) à plusieurs classes d’antibiotiques. Le principal mécanisme de résistance est la production des enzymes, comme les bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE) et les carbapénémases. 

En 2000, Sciensano a mis en place cette surveillance épidémiologique. Depuis 2014, tous les hôpitaux sont obligés de participer à cette surveillance (Arrêté Royal du 8 Janvier 2015)

3. La surveillance des entérocoques résistants à la vancomycine (VRE) ou au linézolide

Les entérocoques font partie intégrante de la flore intestinale saine de l’homme. Parmi les différentes espèces d’entérocoques existantes, seule une minorité (entre autre Enterococcus faecium et Enterococcus faecalis) est responsable d’infections chez l’homme. La plupart du temps, les infections (par exemple, des infections urinaires, des infections de plaie, des infections des vaisseaux sanguins ou endocardite) apparaissent chez les patients immunodéprimés ou gravement malades. 

Les entérocoques résistants à la vancomycine (VRE) sont des entérocoques qui présentent une résistance aux antibiotiques appartenant aux glycopeptides (vancomycine, teicoplanine). Depuis quelques années le nombre d’épidémies hospitalières causées par VRE augmente.

Depuis 2014 la surveillance des VRE est une des quatre surveillances optionnelles auxquelles les hôpitaux belges peuvent choisir de participer (Arrêté Royal du 8 Janvier 2015).


En plus de ces surveillances, Sciensano participe également à la surveillance européenne de la résistance aux antimicrobiens (EARS-Net), organisée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Résultats

Chaque année, Sciensano publie un rapport reprenant les principaux résultats des surveillances :

QR code

QR code for this page URL