Levure de riz rouge

Il a été démontré que les compléments alimentaires à base de levure de riz rouge diminuent le taux de cholestérol chez l’homme. Toutefois, les champignons utilisés dans le processus de production peuvent conduire à la co-production d’une toxine naturelle appelée « citrinine » associée aux maladies rénales. Une exposition chronique à la citrinine, même à de très faibles concentrations, peut représenter une menace pour la santé humaine.

Qu’est-ce que la levure de riz rouge ?

La levure de riz rouge est issue du riz inoculé avec des champignons et produit des composés capables d’inhiber la production de cholestérol et de le maintenir à des niveaux sains. Elle est utilisée comme un complément alimentaire naturel depuis des milliers d’années dans certains pays asiatiques et est aujourd’hui considérée comme un véritable complément alimentaire à travers le monde. La levure de riz rouge améliore également la digestion et la circulation sanguine. Elle contribue à la santé publique en réduisant le risque de maladie cardiaque chez les personnes présentant une augmentation modérée du taux de cholestérol. La levure de riz rouge existe sous différentes formes : poudres à prendre en petites quantités ou compléments alimentaires commercialisés en doses telles que capsules, comprimés, pilules.

Toutefois, outre le composant classique qui abaisse le taux de cholestérol, une toxine naturelle (citrinine) est souvent coproduite lors du processus de fermentation de la levure de riz rouge. Cette toxine est associée à des maladies rénales et peut avoir des effets génotoxiques et cancérigènes chez plusieurs animaux. L’évaluation scientifique la plus récente réalisée par l’ Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA) a conclu que les échantillons des compléments alimentaires à base de levure de riz rouge pouvaient entraîner une contamination par la citrinine, la limite légale de l’Union européenne de 2.000 μg/kg étant dépassée.

Exposition chronique à de faibles taux de citrinine

Récemment, les résultats des études menées en Allemagne et en Belgique ont montré que la citrinine et/ou son métabolite « dihydrocitrinone » peuvent être détectés dans jusqu’à 90% des échantillons d’urine humaine prélevés, indiquant que l’exposition à cette toxine pourrait être plus importante qu’on ne l’a supposé jusqu’alors. En d’autres termes, la population est exposée de façon chronique à de faibles taux de citrinine, sans en connaître clairement les risques potentiels.

Taux de citrinine en Belgique et en Europe

Il existe des preuves irréfutables d’une contamination mondiale de la levure de riz rouge par la citrinine. La littérature rappelle plusieurs cas de gélules à la levure de riz rouge contaminées à la citrinine disponibles sur le marché, avec des concentrations allant de 2 à 114 μg de citrinine/gélule. Récemment, la levure de riz rouge a été clairement identifiée dans une étude européenne comme le produit présentant le plus fort taux de contamination par la citrinine. Sur les 37 échantillons étudiés, la citrinine a été quantifiée dans 24 compléments alimentaires à base de levure de riz rouge, avec des concentrations allant de 10 à 3.597 μg/kg. Elle a été détectée dans 13 échantillons sous le seuil de quantification de 10 μg/kg. Bien qu’il était indiqué sur l’étiquette que ces échantillons provenaient d’Europe, il ne ressort pas clairement si les matières premières provenaient d’Europe ou si elles y étaient transformées. Trois des échantillons étaient au-dessus de la limite légale de 2.000 μg/kg fixée par l’Union européenne. En Belgique, de faibles taux de citrinine ont été mesurés dans des échantillons de levure de riz rouge et les compléments alimentaires collectés, mais un taux élevé de citrinine (jusqu’à 121 mg/kg) a été mesuré dans un échantillon étranger de levure de riz rouge, supérieur au niveau maximum acceptable fixé pour les pays européens.

Sciensano a été désigné par le Comité Européen de Normalisation (CEN) pour diriger l’exécution de la méthode analytique de normalisation pour la citrinine. Sciensano évalue également l’exposition des consommateurs à la citrinine en Belgique.

QR code

QR code for this page URL

Contacts

Publications peer-reviewed

There are currently no scientific publication associated to this health topic

Autres publications

There are currently no publications associated to this health topic

Projects

There are currently no projects associated to this health topic

Evénements

There are currently no events associated to this health topic

Autres sources d’information

There are currently no external links associated to this health topic

Dans les médias

There are currently no media associated to this health topic

Analysis upon request

There are currently no analysis associated to this health topic