Onglets principaux

M. Jean-François Picron PhD

Collaborateur scientifique

Dr. Jean-François Picron a obtenu un Master en Chimie à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) où il a prolongé son cursus par un Doctorat en Synthèse organique de récepteurs supramoléculaires et l’étude de leurs propriétés physico-chimiques par spectroscopie RMN. Il a ensuite rejoint l’Unité « Sécurité du Consommateur » de l’Institut Scientifique Belge de Santé Publique (WIV-ISP, prédécesseur de Sciensano) où il travaille dans le domaine des toxines naturelles, particulièrement les alcaloïdes pyrrolizidiniques, en développant de nouvelles méthodes UPLC-MS/MS pour leur quantification dans une large gamme de matrices alimentaires, avec un focus additionnel sur les études d’exposition alimentaires afin de supporter les prises de décisions belges et européennes dans ce contexte. Depuis 2018, il est également impliqué dans les étudies de bio-monitoring concernant les résidus de pesticides.

Travaille dans:

User is not a member of any service.
Lire la suite

Formulaire de contact

La coqueluche est une maladie respiratoire extrêmement contagieuse, qui peut toucher des personnes de tous âges et qui est associée à une morbidité et mortalité infantiles. La vaccination constitue le meilleur moyen de protection contre la coqueluche.
En dépit de taux de vaccination élevés, cette maladie respiratoire a ressurgi et est désormais considérée comme une menace majeure pour la santé publique dans différentes régions de Belgique. La surveillance de cette maladie à l’échelle nationale revêt donc une importance cruciale, et le signalement des cas est obligatoire.

Qu’est-ce que la coqueluche ?

La coqueluche est une maladie respiratoire extrêmement contagieuse, évitable par la vaccination. Les symptômes apparaissent généralement au bout de 1 à 3 semaines après l’infection du patient par la bactérie responsable. Les premiers symptômes sont modérés et semblables à ceux d’un simple rhume. Ces premiers symptômes peuvent durer de 1 à 2 semaines. La coqueluche n’est souvent pas suspectée ou diagnostiquée avant l’apparition de symptômes plus graves.

À mesure que la maladie progresse, les symptômes classiques de la coqueluche apparaissent : violentes quintes de toux se succédant rapidement. Durant les quintes de toux, les poumons du patient peuvent se vider de leur air, pour ensuite laisser place à une inspiration sonore sifflante. Les quintes peuvent provoquer des vomissements et un épuisement. Chez le jeune enfant, le visage peut devenir bleu pendant les quintes de toux. Chez le nourrisson, les quintes peuvent être minimes, voire totalement absentes. Ces accès de toux peuvent durer jusqu’à 10 semaines. Ensuite, la guérison se fait lentement, les quintes devenant progressivement moins intenses et moins fréquentes.

Les symptômes sont généralement moins sévères chez les enfants plus âgés et les adultes.

Qu’est-ce qui provoque la coqueluche ?

La coqueluche est due à la bactérie Bordetella pertussis. Elle n’affecte que les humains et se transmet de personne à personne.

Comment la coqueluche se transmet-elle ?

Les personnes atteintes de coqueluche transmettent la maladie à d’autres personnes en toussant ou en éternuant ou simplement en respirant dans un même espace. Chez le nourrisson, la contamination vient souvent d’un frère ou d’une sœur plus âgé(e), d’un parent ou d’une personne qui s’occupe du nourrisson ; une personne qui ignore généralement qu’elle est atteinte. La période la plus contagieuse dure jusqu’à environ 3 semaines après l’apparition des accès de toux.

Comment la coqueluche peut-elle être diagnostiquée ?

Le diagnostic de la coqueluche peut être fait par identification de la présence de la bactérie Bordetella pertussis (par culture ou techniques moléculaires), au cours des 3 premières semaines de la maladie. Au-delà de ces 3 semaines, la méthode diagnostique privilégiée sera une sérologie. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site Internet du Centre national de référence pour Bordetella pertussis

Comment prévenir la coqueluche ?

L’immunisation active par la vaccination est le moyen le plus efficace pour se protéger contre la coqueluche.

En Europe, les vaccins sont commercialisés et disponibles pour les patients si – et uniquement si – un Laboratoire officiel de contrôle des médicaments (OMCL – Official Medicines Control Laboratory) a évalué et confirmé leur qualité par des essais en laboratoire et une évaluation critique du protocole de données, comme le fait l’équipe Qualité des vaccins et produits sanguins de Sciensano.

Comment traiter la coqueluche ?

La coqueluche est généralement traitée par antibiotiques. Vous trouverez plus d’informations dans la version néerlandaise ou française du Guide belge des traitements anti-infectieux

Populations exposées à un risque de complications

Des complications graves peuvent survenir, essentiellement chez les nourrissons non vaccinés ou trop jeunes pour avoir pu suivre tout le schéma vaccinal.


 

Français

QR code

QR code for this page URL