NRC MMR - Centre National de Référence pour le virus de la rougeole, des oreillons et de la rubéole : œuvrer à l’élimination de la rougeole et de la rubéole en Belgique

Last updated on 30-10-2018 by Aurélie Felice

Chercheurs de projet de Sciensano

En bref

La rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO) sont des maladies à prévention vaccinale. Malgré la mise au point d’un vaccin combiné efficace RRO, la rougeole reste l’une des causes principales de mortalité dans les pays en développement et une cause d’épidémies continues dans les pays occidentaux. La rougeole, les oreillons et la rubéole sont des maladies très contagieuses qui peuvent se propager par de fines gouttelettes, la toux, les éternuements, la salive et les aérosols.

Comme la Belgique participe au programme de l’OMS pour l’élimination de la rougeole et la rubéole en Europe, un Centre National de Référence pour la rougeole, la rubéole et les oreillons (CNR RRO) a été créé afin de réaliser des tests en laboratoire sur des échantillons (sérum, salive et échantillons prélevés par aspiration naso-pharyngée) de cas cliniques suspects et de créer un système de surveillance à l’échelle nationale.
 

Résumé du projet

Le CNR pour la rougeole, les oreillons et la rubéole effectue des analyses sérologiques et moléculaires sur des échantillons (sérum, salive et échantillons prélevés par aspiration naso-pharyngée) de cas cliniques suspects. Différents tests ELISA (IgM, IgG et avidité) et des protocoles PCR (détection de virus) ont été optimisés et validés selon la norme ISO15189 .

En cas de résultats PCR positifs, des tests de génotype/séquençage sont effectués pour déterminer la souche circulant dans la population. Les enquêtes sur les poussées épidémiques sont réalisées en collaboration avec le service d’ épidémiologie des maladies infectieuses et les différents services régionaux d’inspection sanitaire afin de déterminer le cas index, le mode de transmission et l’origine de la source épidémique.  

Ce CNR est étroitement associé au programme de l’OMS pour l’élimination de la rougeole et la rubéole en Europe à l’horizon 2020. À cette fin, un système de surveillance à l’échelle nationale a été mis sur pied et des analyses non invasives de salive ont été mises en place. L’avantage de la salive, c’est qu’il est très facile d’en prélever un échantillon, même par du personnel non médical, et chez les enfants. Tant les anticorps (IgM et IgG) et que le virus (ARN) peuvent être détectés dans la salive.  

Le CNR participe à une étude de séroprévalence transversale dans la population générale belge pour la rougeole, les oreillons et la rubéole sur environ 3 000 échantillons de sérum. Ces échantillons de sérum résiduels ont été prélevés en 2012 dans différents laboratoires cliniques.

Le CNR a été impliqué dans différentes poussées épidémiques de rougeole et d’oreillons. En 2007-2008, une épidémie de rougeole s’est déclarée dans les communautés juives orthodoxes d’Anvers et lors de cette épidémie, pour la première fois, des prélèvements de salive ont été effectués pour la surveillance de cette flambée épidémique. En 2011, une épidémie de rougeole s’est déclarée dans les écoles anthroposophiques de Gand et d’autres poussées épidémiques ont été signalées dans le reste de la Belgique. Les prélèvements de salive nous ont permis de définir les souches circulantes. En 2013, une épidémie d’oreillons s’est déclarée dans différentes universités en Belgique, au départ de Gand. En 2016 — 2017, des foyers de rougeole se poursuivent encore et continuent à faire peser une menace sur la santé publique. Ces flambées épidémiques sont facilitées par des taux de vaccination sous-optimaux dans certaines populations, une augmentation de la migration et des déplacements. La couverture vaccinale de la population belge doit encore être améliorée, notamment pour la deuxième dose du vaccin, afin d’atteindre l’objectif d’élimination fixé par l’OMS.
 

QR code

QR code for this page URL