Validation des méthodes : comparaison de la distribution de la taille de l’analyse des nanoparticules d’oxyhydroxyde de fer entre le fractionnement 'Flow Field Flow', 'single particle ICP-MS' et la microscopie électronique [NIROVAL ]

Last updated on 21-3-2019 by Sébastien Daems
février 1, 2017
janvier 31, 2018

Source de financement

KU Leuven

Les services qui travaillent sur ce projet

Chercheurs de projet de Sciensano

Partenaires

Claudia Moens
Erik Smolders

En bref

La taille constitue une caractéristique importante pour déterminer la toxicité, la mobilité et la capacité de sorption (c’est-à-dire la capacité d’adhérer dans ou sur d’autres éléments) des nanoparticules. Les oxyhydroxydes de fer sont probablement les particules naturellement dispersées dans l’environnement les plus importantes et peuvent se présenter sous la forme de minéraux ou d’agrégats nanométriques. Ils jouent un rôle fondamental dans le transport des contaminants et des nutriments dans des environnements aquatiques et dans le sol. Mesurer avec précision la distribution de la taille de ces nanoparticules de fer est une condition préalable pour comprendre leur devenir dans l’environnement, d’où la nécessité de disposer de méthodes fiables pour détecter et caractériser ces matériaux. Cette étude vise à comparer et valider différentes méthodes pour la détermination de la taille des nanoparticules.

Résumé du projet

La taille des nanoparticules est une caractéristique importante pour déterminer la toxicité, la mobilité et la capacité de sorption des nanoparticules. Les oxyhydroxydes de fer (Fe) sont probablement les colloïdes naturels les plus importants dans l’environnement et peuvent se présenter sous la forme de minéraux ou d’agrégats nanométriques. Ils jouent un rôle fondamental dans le transport des contaminants et des nutriments dans des environnements aquatiques et dans le sol. Mesurer avec précision la distribution de la taille de ces nanoparticules de fer est une condition préalable pour comprendre leur devenir dans l’environnement.

Le fractionnement ‹Flow Field Flow› (FFF) est une technique de fractionnement qui sépare les particules sur la base de leur taille hydrodynamique et qui est aujourd’hui couramment adoptée pour la caractérisation des nanoparticules. Son utilisation pour les nanoparticules d’oxyhydroxydes de fer environnementales ou synthétiques est toutefois limitée. Au cours des dernières années, la spectrométrie de masse à plasma inductif en ‹single particle› mode (SP-ICP-MS) s’est ajoutée à la liste de méthodes pour la caractérisation de la taille des nanoparticules. La SP-ICP-MS mesure la masse des particules inorganiques individuelles, à partir de laquelle un diamètre peut être calculé en supposant une certaine forme de particule (par ex. diamètre sphérique équivalent en masse). L’objectif général de cette étude consiste à appliquer un système FFF-UV-ICP-MS à la KU Leuven à une gamme de nanoparticules d’oxyhydroxydes de fer naturelles et synthétiques, et à comparer ce système à la méthode SP-ICP-MS de Sciensano. 

Il s’agit donc d’une étude supplémentaire de validation pour la SP-ICP-MS et une validation de la méthode FFF-UV-ICP-MS mise au point pour mieux comprendre la précision du FFF pour mesurer les distributions de la taille des nanoparticules de fer. En outre, ces deux méthodes seront comparées à d’autres méthodes disponibles à la KU Leuven et à Sciensano telles que la microscopie électronique.
 

Sujets santé associés

QR code

QR code for this page URL