Caractérisation des dangers associés à la migration de substances depuis des matériaux en carton et en papier imprimé en contact avec les aliments : définition des priorités en fonction du potentiel génotoxique [PRIMISTRA]

Last updated on 21-3-2019 by Sébastien Daems
février 17, 2014
février 14, 2018

Source de financement

Sciensano

Chercheurs de projet de Sciensano

Partenaires

Vera Rogiers
Tamara Vanhaecke
Melissa Van Bossuyt

En bref

Au quotidien, l’utilisation de cartons et de papiers imprimés en contact avec nos aliments et nos boissons est très répandue : sacs en papier brun, tasses de café, étiquettes apposées sur les aliments (les fruits, par exemple), emballages en carton (lait, jus de fruit, riz, céréales, etc.). Involontairement, des traces peuvent passer dans les aliments / les boissons et, dans le pire des cas, avoir un impact négatif sur la santé humaine (cancer, par exemple). Le projet PRIMISTRA a pour objet d’identifier les substances chimiques cancérigènes qui sont potentiellement présentes dans ce type de matériaux.

Résumé du projet

Les contaminations alimentaires sont de plus en plus liées au passage de composants provenant de matériaux en papier et en carton en contact avec les aliments (MCA) dans la nourriture et les boissons. Au niveau européen, dans la mesure où il n’existe aucune réglementation harmonisée sur ces MCA, un grand nombre de substances, n’ayant fait l’objet d’aucune évaluation officielle, peut être utilisé dans les encres d’impression et les cartons en contact avec des aliments.

Face à l’impossibilité de mener des études complètes sur la sécurité de milliers de substances chimiques à court terme, le projet PRIMISTRA entend définir des priorités en identifiant, parmi toutes ces substances, celles qui impliquent le risque le plus élevé pour la santé humaine. La sélection repose sur la génotoxicité, un critère toxicologique essentiel couramment étudié dans le cadre d’évaluations sur la sécurité de par son lien avéré avec des maladies chez l’homme, notamment le cancer. Pour des raisons éthiques et selon le principe des 3R (réduire, raffiner et remplacer les études animales), les priorités sont définies en s’appuyant sur des méthodes d’essai alternatives à l’expérimentation animale. Outre la combinaison de prédictions in silico et d’études in vitro, les données issues de publications existantes sont collectées, afin d’affiner la sélection des substances et d’avoir un aperçu détaillé de leur évaluation de sécurité. Les substances issues de MCA en carton et en papier imprimé sont ainsi classées en fonction de leur probabilité à induire des altérations génétiques. Pour les substances hautement prioritaires, des évaluations sur la sécurité approfondies et des données sur leur migration depuis des MCA et sur leur utilisation dans ces matériaux sont urgemment requises.

Le projet PRIMISTRA permet d’allouer efficacement des ressources et du temps aux composés les plus préoccupants. Certes, le projet cherche à limiter l’exposition des consommateurs aux substances potentiellement dangereuses et susceptibles d’être utilisées dans les MCA en carton et en papier imprimé. Cependant, la stratégie ainsi établie peut également servir à définir des substances prioritaires parmi de nombreux autres groupes (substances chimiques industrielles pour lesquelles il n’existe aucune évaluation [récente] sur la sécurité, par exemple).

QR code

QR code for this page URL