MEMO+ - Surveillance des moustiques exotiques Aedes en Belgique

Last updated on 12-7-2022 by Marinka Vangenck

Chercheurs de projet de Sciensano

En bref

Dût à la mondialisation croissante et du changement climatique, les moustiques exotiques tels que le moustique tigre (Aedes albopictus) se répandent en Europe. Ils ont réussi à s’implanter dans le sud de l’Europe et sont également occasionnellement repérés en Belgique. Ce moustique peut transmettre des virus telles que la dengue, le chikunguya ou le Zika. 

Actuellement, le moustique tigre n’est pas (encore) implanté en Belgique, mais il l’est dans les pays voisins. Ainsi, la détection précoce de son introduction en Belgique permettra de retarder son implantation et, par conséquent, de prévenir l’apparition de foyers épidémiques de maladies transmises par le moustique (telles que, par exemple, la dengue, le chikunguya ou le Zika). 

Le projet MEMO+ a pour objectif de surveiller l’introduction de moustiques exotiques du genre Aedes, comme le moustique tigre, en Belgique. Ce projet est implémenté par un consortium entre l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers (ITM) et Sciensano. L’ITM monitore activement les moustiques à différents points d’entrée. Sciensano développe et coordonne un outil de science citoyenne qui permet aux citoyens de notifier la présence de moustiques en téléchargeant leurs photos sur un site web. La photo sera après analysée pour déterminer s’il s’agit ou non d’un moustique tigre.

Signalez un moustique tigre via www.SurveillanceMoustiques.be

Résumé du projet

L’introduction d’espèces exotiques de moustiques Aedes est reconnue comme une menace potentielle pour la biodiversité et la santé en Europe et notamment en Belgique. Ces moustiques peuvent être des vecteurs de virus telles que le chikungunya, la dengue ou le Zika. La surveillance de ces moustiques est donc primordiale pour prévenir ou retarder autant que possible leur introduction et leur implantation en Belgique. 

Afin de prévenir la transmission autochtone des maladies transmises par les moustiques en Belgique, un certain nombre d’éléments doivent être mis en place, notamment :

  • une bonne surveillance des moustiques exotiques Aedes 
  • une bonne surveillance des maladies transmises par les moustiques
  • une analyse rapide et intégrée de ces données épidémiologiques et entomologiques. 

Ces éléments sont fondamentaux et seule une bonne synergie entre ceux-ci peut permettre de prévenir avec succès la transmission locale des maladies transmises par les moustiques. 

Dans ce contexte, le projet MEMO+ assurera le suivi du moustique exotique Aedes en Belgique sur la base de deux volets indépendants mais complémentaires :

  1. Surveillance passive (Sciensano) : reposera sur la science citoyenne, à travers le site web www.SurveillanceMoustiques.be pour la notification d’Aedes albopictus (moustique tigre) par les citoyens. La surveillance sera basée sur l’identification morphologique des espèces de moustiques pris en photo et téléchargés sur le site web.
  2. Surveillance active (ITM) : basée sur monitoring de moustiques par le biais de pièges à moustiques et de collecte de larves à des points d’entrée spécifiques tels que les aires d’autoroutes. 

Cette combinaison des deux surveillances permettra de détecter rapidement l’introduction de moustiques exotiques Aedes, en particulier Aedes albopictus (moustique tigre), sur l’ensemble du territoire belge.

Sciensano coordonnera l’ensemble du projet et sera également chargé de coordonner et de réaliser la surveillance passive (science citoyenne), tandis que l’Institut de médecine tropicale (IMT) coordonnera et réalisera la surveillance active.

Pour toute question ou information complémentaire concernant le projet MEMO+, veuillez contacter le chef de projet Javiera Rebolledo Gonzalez.

QR code

QR code for this page URL