TiO2Mask - Identification, caractérisation physico-chimique et estimation de la libération de particules de dioxyde de titane des masques buccaux utilisés pendant la crise COVID-19 en vue d'une analyse des risques

Last updated on 28-10-2021 by Wesley Van Dessel
mai 1, 2021
septembre 30, 2023

Source de financement

Partenaires

Evelien Frijns
Kristof Tirez
Lieva Van Langenhove
Johanna Louwagie
Magdalena Georgievska
Sofie Moorkens

En bref

Pour introduire de nouvelles solutions aux défis associés à la pandémie du COVID-19, les entreprises textiles intègrent la technologie des nano-fibres, des nano-composites et des nanoparticules dans les masques buccaux. Des nanoparticules de dioxyde de titane sont ainsi ajoutées lors de la production de fibres chimiques en tant que colorant blanc, en tant qu’agent matifiant et en tant que filtre UV. Dans le projet TiO2Mask, nous souhaitons évaluer s’ils peuvent être utilisés en toute sécurité dans les masques buccaux.

Résumé du projet

Le projet TiO2-Mask se concentre sur l’identification, la caractérisation physico-chimique et l’estimation de la libération de particules de dioxyde de titane des masques buccaux couramment utilisés. Les informations scientifiques concernant les quantités de particules de dioxyde de titane libérées et inhalées via les masques buccaux dans des conditions d’utilisation normales et intensives sont insuffisantes. Le dioxyde de titane est classé comme cancérigène en cas d’inhalation, Carc.cat.2, H351 selon la réglementation européenne sur la classification, l’étiquetage et l’emballage (CLP) et nécessite donc des recherches supplémentaires. Nous réalisons une caractérisation physico-chimique in situ et une évaluation d’une éventuelle libération de particules. Ces aspects sont indispensables pour identifier les risques liés au port de masques buccaux contenant des particules de dioxyde de titane.

Nous effectuons un dépistage initial par plasma à couplage inductif — spectroscopie d’émission optique (ICP-OES), mesurant la quantité totale de dioxyde de titane dans une sélection de masques buccaux, afin de déterminer quel(s) type(s) de masques buccaux contiennent du dioxyde de titane. La quantité totale de dioxyde de titane mesurée est utilisée comme indicateur de la présence de particules de dioxyde de titane.

Les particules de dioxyde de titane sont caractérisées in situ par microscopie électronique (EM). L’objectif est de détecter, localiser et mesurer la taille, la morphologie, l’état d’agglomération et la composition élémentaire des particules de dioxyde de titane dans les sections des masques buccaux. Nous évaluons le nombre de particules par surface et la fraction de particules situées en bordure des fibres, les plus susceptibles d’être libérées.

Des données spécifiques sur l’exposition par inhalation sont essentielles pour l’évaluation des risques. L’exposition éventuelle par inhalation due à la libération de particules de dioxyde de titane est estimée pour des conditions qui imitent les conditions de la vie réelle. Cela inclut l’exposition par inhalation lors d’une utilisation normale et dans des conditions externes spécifiques (air sec, air humide).

Nous étudions également si des méthodes alternatives et plus simples pour évaluer la libération de particules de dioxyde de titane peuvent être développées. De telles méthodes devraient permettre d’évaluer la fraction de particules qui peut être libérée dans des conditions d’utilisation normales et extrêmes, ainsi que les différences de libération de particules de dioxyde de titane entre les différents types de masques buccaux.

Les résultats de ce projet fourniront des informations essentielles pour l’analyse des risques liés au port de masques buccaux contenant des (nano)particules de dioxyde de titane.

Résultats

Un rapport intermédiaire sur les premiers résultats du projet a été publié. Lisez le communiqué, le résumé exécutif ou le rapport complet.

Questions fréquemment posées sur le projet TiO2Mask

QR code

QR code for this page URL