Risques et dangers

Il existe un vaccin contre l’hépatite A et l’hépatite B, mais il n’existe pas de vaccin contre l’hépatite C. Le dépistage du VHB et du VHC est recommandé chez certaines personnes à risque.

Hépatite chronique

Une hépatite est dite chronique si elle n’est pas guérie après 6 mois. 70 à 80 % des hépatites C deviennent chroniques avec un risque accru de développer une cirrhose ou un cancer du foie (KCE).

Il existe aussi un risque de réinfection après une infection antérieure pour les consommateurs de drogues injectables et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) vivant avec le VIH .

L’évolution de l’hépatite B dépend de l’âge au moment de l’infection. Si elle survient à l’âge adulte, elle devient chronique dans 5 % à 10 % des cas.  Les infections chroniques au VHB peuvent mener à des graves problèmes de foie si elles ne sont pas traitées.

La co-infection VHB et VIH est courante et augmente le risque de complications (cirrhose du foie ou de maladie de foie) (MSMGF).

Cirrhose du foie

La cirrhose du foie est une dégénérescence des tissus du foie suite aux agressions répétées par l’alcool, des toxines, des virus, etc.

Il s’agit souvent d’une maladie silencieuse qui se manifeste tardivement au cours d’une prise de sang.

La cirrhose provoque de la rétention d’eau et peut se manifester par un ventre et des jambes gonflés.

20 % à 25 % des hépatites chroniques évoluent vers la cirrhose si le traitement n’agit pas pleinement ou s’il n’est pas bien suivi.

Cancer du foie

Le cancer du foie est la complication ultime d’une cirrhose. Un cancer du foie peut aussi résulter d’un cancer localisé dans un autre organe qui s’étend au foie par des métastases.

Les hépatites B et C sont les plus susceptibles d’évoluer vers un cancer.

Hépatite fulminante

Très rare, l’hépatite fulminante se caractérise par une perte de fonction majeure du foie, qui ne peut plus remplir ses fonctions.

Une destruction massive des tissus du foie se produit et une transplantation d’organe est nécessaire.

Elle survient surtout chez des personnes atteintes d’hépatite B ou d’hépatite toxique.

Pour environ 1 personne sur 4, elle est mortelle à brève échéance.

Elle se manifeste par des taches rouges sur la peau et des saignements du nez ainsi qu’une confusion mentale allant parfois jusqu’au coma.

Sciensano, en association avec le Laboratoire Clinique de Saint-Luc - UCL Bruxelles, héberge le Centre National de Référence pour les virus de l’hépatite B, C, D et E qui analyse les souches virales d’hépatites. Sciensano assure aussi la surveillance épidémiologique des hépatites virales en Belgique et contrôle la qualité des vaccins.

QR code

QR code for this page URL