Facteurs de risque liés au mode de vie

Les habitudes et les comportements des personnes influencent leur état de santé. Par exemple, nos habitudes alimentaires, notre niveau d’activité physique, notre consommation d’alcool ou de tabac peuvent influer sur notre santé. Un mode de vie plus sain peut réellement réduire le risque de développer des maladies chroniques, en plus d’améliorer la qualité de vie en général.

Comment le mode de vie et les comportements influencent-ils la santé ? 

Les comportements nuisibles en termes de santé sont à l’origine de nombreuses maladies chroniques comme le cancer, le diabète ou les maladies cardiovasculaires et respiratoires. Ces maladies représentent les causes majeures de décès et d’incapacité qui sont potentiellement évitables. Les comportements concernés sont le tabagisme, les régimers alimentaires désiquilibrés, le manque d’activité physique et la consommation d’alcool. Par exemple, une mauvaise alimentation peut entraîner l’obésité, qui est un facteur de risque non seulement pour le diabète, mais également pour les maladies cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et certains cancers. Le tabagisme quant à lui, constitue un facteur de risque majeur pour la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), le cancer du poumon et les maladies cardiovasculaires.

Les changements apportés au mode de vie améliorent-ils la santé ? 

Selon certaines recherches, le moindre changement de comportement peut avoir une influence considérable sur l’état de santé d’une personne. Des études ont démontré qu’une augmentation d’environ 30 minutes de marche par jour pendant 5 jours par semaine est associée à une diminution de 19 % du risque de maladies cardiaques. Ces études ont conclu que la marche assurait une protection contre les maladies cardiaques selon une relation de dose à effet, c’est-à-dire que le risque diminue à mesure que la « dose » de marche augmente. Ce simple changement peut entraîner des répercussions majeures sur la santé.

Quels principaux changements à apporter au mode de vie permettent d’améliorer la santé ? 

Certaines études ont révélé que l’adoption de comportements sains peut grandement influer sur la santé. Les facteurs liés à un mode de vie sain, l’exercice physique régulier, une alimentation équilibrée ou le fait d’éviter de consommer du tabac ou de l’alcool,  réduisent le risque de contracter les maladies chroniques les plus courantes. D’autres habitudes favorables importantes sont liées aux soins de santé préventifs; il s’agit notamment du contrôle régulier de la tension artérielle et du cholestérol sanguin, et du dépistage du cancer. D’autres actions peuvent encore contribuer à l’amélioration de la santé, comme de le fait de prendre le temps de se relaxer afin de réduire le niveau de stress. 

Le changement apporté au mode de vie et aux comportements n’est-il qu’une question d’éducation et de volonté ? 

Par le passé, les programmes de prévention étaient axés sur les changements de comportement individuel et les choix personnels. Il s’agissait principalement de campagnes encourageant à arrêter de fumer, à devenir plus actif, à manger plus sainement, etc. Cependant, plus récemment, un nombre croissant de recherches a démontré que l’environnement physique et social influence fortement le comportement des individus. En d’autres termes, les facteurs de risque liés au mode de vie ne sont plus considérés comme volontaires et découlant uniquement d’un choix libre, car le contexte joue également sur les décisions prises par un individu.

Par conséquent, il ne suffit pas d’informer et de sensibiliser les personnes à l’importance des comportements sains, mais il est également nécessaire de créer les environnements propices à l’adoption de ces comportements. Par exemple, pour augmenter l’activité physique il convient non seulement d’éduquer les individus à son importance, mais également d’adapter l’environnement, en créant, par exemple, un lieu sûr en vue de cette pratique. Un autre exemple concerne l’« environnement alimentaire » : pour adopter un régime sain, les produits alimentaires doivent être appropriés. Les autorités doivent, par exemple, promouvoir la reformulation des produits alimentaires transformés afin de limiter leurs concentrations en lipides, sucre et sel.

Sciensano évalue la présence (prévalence) de facteurs de risque liés au mode de vie dans la population dans son ensemble. L’institut évalue également leur répercussion sur l’état de santé de la population, leur évolution au fil du temps et l’impact de facteurs environnementaux sur les comportements liés à la santé.

Sciensano constitue également un point focal national pour l’OMS, l’OCDE et une série d’institutions européennes (telles qu’Eurostat et l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies) en ce qui concerne les statistiques et...

QR code

QR code for this page URL

Contacts

Projects

There are currently no projects associated to this health topic

Evénements

There are currently no events associated to this health topic

Autres sources d’information

There are currently no external links associated to this health topic