Diagnostic

La maladie de Lyme ou borréliose est une maladie infectieuse transmise à l’homme par une morsure de tique infectée par la bactérie Borrelia burgdorferi.

Comment diagnostiquer la maladie de Lyme ?

L’érythème migrant est le seul symptôme qui permet de diagnostiquer la maladie de Lyme sans faire des analyses complémentaires. Il s’agit d’un anneau rouge sur la peau qui s’étend progressivement à partir de l’endroit de la morsure.

En l’absence d’un érythème migrant, d’autres symptômes plus tardifs (paralysie faciale, inflammation des articulations, problèmes cardiaques) peuvent alimenter une suspicion de la maladie de Lyme qui sera vérifiée au moyen d’une prise de sang.

La prise de sang détecte les anticorps contre la bactérie Borrelia. S'ils sont présents, ils sont le signe d'un contact récent ou ancien avec la bactérie. La prise de sang n’est véritablement utile que 6 semaines après la morsure de tique, car :

  • les anticorps précoces IgM (immunoglobulines de type M) apparaissent entre 2 et 4 semaines après la morsure d’une tique infectée avec un pic entre la 6e et 8e  semaine
  • les anticorps tardifs IgG (immunoglobulines de type G) apparaissent entre 6 et 8 semaines après la morsure d’une tique infectée et diminuent très lentement ou persistent pendant des années.

Si le résultat de l’analyse de sang est positif, un deuxième test de confirmation est réalisé (Western Blot) en raison du risque de « faux positifs ».

Si le résultat de la deuxième analyse de sang est positif en présence de symptômes, il faut débuter un traitement antibiotique.

Difficultés posées par le diagnostic

Le diagnostic de la maladie de Lyme peut être difficile :

  • certaines personnes qui développent la maladie de Lyme ne se souviennent pas d’une morsure de tique
  • la réaction localisée qui peut apparaitre immédiatement après la morsure de tique peut être confondue avec un érythème migrant
  • les symptômes peuvent être très divers et varier d’une personne à l’autre
  • l’analyse de sang ne doit pas être réalisée trop tôt, car en début d’infection les anticorps ne sont pas encore détectables (risque de « faux négatifs »)
  • le système immunitaire produit des anticorps pendant des mois, voire des années après une infection (y compris après un traitement antibiotique) et un test peut donc être positif alors que la bactérie n’est plus présente et que la maladie est guérie.

4 raisons pour rester serein

  • Toute morsure n'est pas infectante (en Belgique seulement 10 % environ des tiques sont infectées).
  • Une tique infectée ne transmet pas nécessairement la bactérie.
  • Une personne infectée ne développe pas nécessairement la maladie.
  • La maladie de Lyme peut être traitée de manière efficace avec des antibiotiques si elle est diagnostiquée à temps.

Sciensano assure la surveillance épidémiologique de la maladie de Lyme grâce à un réseau de laboratoires et de médecins vigies et grâce à un Centre National de Référence pour Borrelia burgdorferi.

QR code

QR code for this page URL