Populations à risque

L’omniprésence des appareils électriques dans notre quotidien suscitent des inquiétudes. À ce jour, aucune étude scientifique n’est parvenue à démontrer la nocivité des champs électromagnétiques (CEM) non ionisants. Quelques études ont révélé des relations statistiques entre l'exposition aux CEM et des effets biologiques, sans pour autant parvenir à expliquer le lien de cause à effet. Dans le doute, on applique le principe de précaution. 

Bébés et Enfants 

Plus leur fréquence est basse, plus les ondes magnétiques pénètrent le corps.

Les enfants sont donc d’autant plus sensibles aux ondes de basses fréquences : leur corps étant plus petit, les ondes risquent davantage d’atteindre les organes. 

De plus, le cerveau est en phase de développement morphologique et est donc particulièrement sensible à toute influence nuisible.

Même si aucune étude n’a scientifiquement prouvé que les ondes électromagnétiques non ionisantes représentaient un danger pour les enfants, il convient de respecter des principes de précaution avec :

  • le GSM (ne pas banaliser l’objet, limiter tant que c’est possible son utilisation)
  • le babyphone (choisir un appareil qui ne dépasse pas 3V/m ou placer l’appareil à une distance suffisante du lit, au moins 1 m).

Pour en savoir plus :

Porteurs d’implants médicaux

Les champs électromagnétiques au-dessus de 100 µT peuvent provoquer des interférences avec les implants médicaux (pacemaker ou défibrillateur implantable).

Les intensités rencontrées quotidiennement étant beaucoup plus basses, il n’y a généralement pas de risque.

De plus, les implants médicaux modernes ont un blindage de plus en plus efficace qui les protègent des éventuelles interférences et la plupart des appareils respectent les normes de comptabilité magnétiques (hôpitaux, GSM, avions).

En cas de doute quelques mesures de précaution peuvent être respectées :

  • GSM et téléphone sans fil domestique : les utiliser de l’oreille opposée à celui de l’implant et respecter une distance de 15 à 20 cm par rapport à celui-ci
  • portique antivol, détecteur à métaux : y transiter sans y stationner, ne pas frôler le dispositif de la poitrine, ni tout autre détecteur utilisant des radiofréquences.

Pour en savoir plus sur l’exposition en milieu professionnel :

Femmes enceintes

Les effets des champs électromagnétiques sur les femmes enceintes soulèvent encore beaucoup de questions. 

Les études sont peu fiables et il est d’autant plus difficile d’en tirer des conclusions, que le respect des valeurs limites d’exposition pour la mère n’entraîne pas toujours le respect des valeurs limites pour l’embryon ou le fœtus.

D’une manière générale, l’exposition  aux champs électromagnétiques présents dans l’environnement ne semble pas augmenter le risque d’avortement spontané, de malformation ou de faible poids de naissance (Organisation Mondiale de la Santé)

Mais la peur d’un risque peut elle-même entrainer des effets nuisibles à la santé.

En attendant d’en savoir plus sur les éventuels risques des champs électromagnétiques, il est préférable d’appliquer le principe de précaution.

Dans le cadre du travail, les femmes enceintes font partie des travailleurs à risques particuliers tels que définis dans l’arrêté royal relatif à la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs contre les risques liés aux champs électromagnétiques sur le lieu de travail (10/06/2016) 

Travailleurs

Certains travailleurs sont particulièrement exposés à des rayonnements et doivent pour ces raisons respecter des précautions particulières.

Il faut dans ce cas se tourner vers les services de prévention de médecine de travail :

Pour en savoir plus sur l’exposition en milieu professionnel :

Sciensano est membre du Conseil Supérieur de la Santé et donne son avis sur les risques liés à la communication mobile et à d’autres types de rayonnements non-ionisants, en particulier les radiofréquences. 

QR code

QR code for this page URL