Prévention

L’omniprésence des appareils électriques dans notre quotidien suscitent des inquiétudes. À ce jour, aucune étude scientifique n’est parvenue à démontrer la nocivité des champs électromagnétiques non ionisants. Quelques études ont révélé des corrélations statistiques, sans pour autant parvenir à expliquer le lien de cause à effet. Dans le doute, on applique le principe de précaution. 

S’éloigner de la source 

L’intensité d’un champ électromagnétique diminue rapidement lorsqu’on s’éloigne de la source.  

Si vous avez des inquiétudes par rapport aux champs électromagnétiques, il vous suffit de réduire leur utilisation, de vous en éloigner et de débrancher les appareils lorsque vous ne les utilisez pas. 

LE SAVIEZ-VOUS ? Le « principe de précaution » est une politique qui tient compte de l’incertitude, tandis que la « prévention » est une politique mise en place quand les risques sont bien connus et évalués de manière approfondie. 

Principe de précaution pour les GSM

Même si aucun risque n’a été scientifiquement démontré, l’incertitude quant aux effets des champs électromagnétiques non ionisants persiste. En effet, les études ne sont pas non plus parvenues à démontrer l’absence de risque.

Dans le doute, il est conseillé de respecter quelques principes de précaution, en particulier pour le GSM, un appareil à proximité immédiate de la tête : 

  • utiliser une oreillette
  • préférer les sms, plutôt que les appels
  • réduire le temps d’appel
  • en début d’appel, attendre quelques instants avant de poser le GSM contre l’oreille
  • appeler quand la réception est bonne
  • choisir un GSM avec une Débit d’Absorption Spécifique (DAS) plus faible.

Les fabricants de GSM sont obligés de respecter une norme concernant le DAS : le débit d’absorption spécifique doit être inférieur à 2W/kg. Généralement il varie entre 0,1 et 1,5 W/kg (Bruxelles Environnement).

LE SAVIEZ-VOUS ? Le plus grand risque avéré du GSM, sont les accidents de la route qui surviennent lorsqu’on est distrait par une conversion téléphonique, même avec un kit main libre !

Vivre à proximité d’une ligne à haute tension

Pas de panique ! Si vous habitez près d’une ligne à haute tension, demandez-vous d’abord :

  • quelle est la tension de la ligne (70, 150, 380 kV, etc.)
  • quel est l’éloignement par rapport à la ligne.

Les conducteurs métalliques, les matériaux de construction, les arbres, les murs, les bâtiments confèrent une protection efficace contre les champs électriques. Lorsque ces lignes sont enterrées, le champ électrique en surface est à peine décelable. 

En revanche, ce sont les champs magnétiques qui poseraient le plus de problème. Mais à ce jour, aucune étude scientifique n’est parvenue à démontrer leur nocivité. Dans le doute, c’est le principe de précaution qui prévaut.

Le Conseil Supérieur de la Santé conseille de ne pas exposer pendant de longues périodes les enfants de moins de 15 ans à une intensité moyenne de champ magnétique supérieure à 0,4 µT (2008).

Limites d’exposition

ICNIRP a établi des limites d’exposition pour l’ensemble du spectre électromagnétique. Ce sont des recommandations, pas des normes : 

  Extrêmement Basses fréquences Basses fréquences et radiofréquences
Seuil d’apparition d’effets nuisibles pour la santé Champ magnétique : 100 µT DAS : 4W/kg
Limites d’expositions pour prévenir les effets à court terme

Champ magnétique : 100 µT

DAS: 0,08 W/kg

DAS : 2 W/kg (GSM)

Ou

27,4 V/m à 100 MHz (FM-radio)

41,3 V/m à 900 MHz (GSM 900)

61 V/m à 2 100 MHz (UMTS)

Champ électrique (50 Hz) : 

5 kV/m zone habitée

7 kV/m surplombs, route

10 kV/m autres lieux

 

Sciensano est membre du Conseil Supérieur de la Santé et donne son avis sur les risques liés à la communication mobile et à d’autres types de rayonnements non-ionisants, en particulier les radiofréquences. 

QR code

QR code for this page URL