Risques et dangers

Bien qu’il y ait peu de cas de tuberculose en Belgique, cette maladie reste un problème de santé publique important qui nécessite une vigilance continue.

Le problème de la résistance aux antibiotiques

Les bactéries responsables de la tuberculose deviennent de plus en plus résistantes aux antibiotiques. On observe depuis peu l’émergence de :

  • tuberculose « multirésistante » (résistante aux 2 antibiotiques majeurs de première ligne) 
  • tuberculose « ultrarésistante » (résistante aux 2 antibiotiques majeurs de première ligne et à certains de deuxième ligne)

Dans le cas d’une tuberculose multirésistante il est nécessaire de recourir à des traitements de seconde intention, plus longs, plus coûteux et plus lourds pour le patient en termes d’effets indésirables.
Le taux de mortalité augmente dans le cas d’une tuberculose résistante aux antibiotiques.

La co-infection avec le VIH

La tuberculose et le VIH accélèrent mutuellement leur progression. Les personnes vivant avec le VIH infectées par le bacille de Koch multiplient par 20 à 30 le risque de développer une tuberculose active.

Sciensano contribue à lutter contre la tuberculose en assurant un diagnostic rapide, en surveillant la résistance aux antibiotiques des souches bactériennes, en détectant les épidémies et en développant de nouveaux vaccins et de nouveaux traitements plus efficaces. Le Laboratoire officiel belge pour le contrôle des médicaments (OMCL) de Sciensano est responsable, de concert avec le réseau OMCL européen, du contrôle qualité du vaccin contre la tuberculose avant qu’il ne soit mis sur le marché.

Autres sources d’information

There are currently no external links associated to this health topic

QR code

QR code for this page URL