Causes

L’obésité est associée à de nombreuses maladies chroniques. Une bonne hygiène de vie, avec une alimentation équilibrée et la pratique régulière d’une activité physique contribuent à prévenir la prise de poids et les nombreuses complications qui y sont liées.

Déséquilibre de la balance énergétique

Une des causes principales de l’obésité réside dans le déséquilibre entre les calories absorbées et les calories dépensées.

Lorsque le corps absorbe plus d’énergie qu’il n’en dépense, il finit par stocker les graisses. Par exemple, les sucres qui ne sont pas dépensés se transforment en graisse.

Une alimentation déséquilibrée et un manque d’activité physique ne sont pas les seules causes de l’obésité, mais ce sont les principales causes sur lesquelles on peut agir.

D’autres facteurs peuvent interagir et augmenter le risque de prise de poids (stress, prédisposition génétique, dérèglement hormonal, prise de certains médicaments, dépression etc.).

Alimentation déséquilibrée

Une alimentation qui contribue à la prise de poids est une alimentation :

  • riche en sucres rapides (limonades, jus de fruits, biscuits, alcool)
  • riche en graisses saturées (frites, chips, viandes rouges, fromages, sauces, mayonnaise)
  • riche en produits industriels et transformés (pain blanc, viennoiseries, charcuteries)
  • pauvre en sucres lents (céréales complètes, légumineuses)
  • pauvre en vitamines, minéraux et en fibres (fruits et légumes).

La qualité et la quantité des aliments consommés ainsi que la façon dont on mange, influencent la prise de poids :

  • manger rapidement, de grandes quantités, en faisant autre chose
  • manger de façon irrégulière, sauter des repas
  • manger pour compenser un mal-être psychologique
  • enchaîner des régimes drastiques et restrictifs (effet yoyo).

Une alimentation déséquilibrée est aussi influencée par la disponibilité des produits industriels,  l’augmentation de la taille des portions et de la valeur énergétique des aliments, la restauration rapide à bas prix, des publicités, etc.

Manque d’activité physique et sédentarité prolongée

L’omniprésence des écrans (télévisions, ordinateur, GSM, jeux vidéos,) et des transports motorisés ont rendu nos habitudes au travail et nos loisirs plus sédentaires réduisant ainsi la dépense énergétique.

Il faut distinguer manque d’activité physique et sédentarité : le fait de rester assis pendant une période prolongée de la journée, indépendamment du niveau d’activité physique pratiqué par ailleurs, est en soi également un facteur de risque.

LE SAVIEZ-VOUS ? Le stress engendré par la peur d’être gros est un facteur de risque pour prendre du poids.

Facteurs génétiques, hormonaux, médicaux et psycho-sociaux

Une alimentation déséquilibrée et un manque d’activité physique ne suffisent pas expliquer l’augmentation de l’obésité et l’inégalité face à cette maladie.

Certaines personnes prennent plus de poids que d’autres alors qu’elles partagent le même mode de vie.

La recherche médicale n’a pas encore élucidé tous les mécanismes à l’origine de l’obésité mais des études récentes ont dévoilé d’autres facteurs importants :

  • troubles psychologiques (stress, anxiété, dépression, désordre affectif) qui peuvent engendrer des troubles du comportement alimentaires (boulimie)
  • génétique (présence de gènes qui empêchent la satiété)
  • médicaux (prise de certains médicaments)
  • hormonaux (puberté, ménopause, stress, dérèglement thyroïde)
  • fonctionnement intestinal et composition de la flore intestinale
  • exposition à des polluants
  • facteurs « environnementaux »  comme par exemple l’alimentation de la mère durant la grossesse.
     

Dans l’Enquête de Santé, l’ISP s’intéresse au problème de l’obésité en analysant la pratique d’activités physiques, l’Indice de Masse Corporel ou encore les habitudes alimentaires de la population.

QR code

QR code for this page URL