Populations à risque

La rage est une maladie virale qui se transmet de l’animal à l’homme. Lorsque les symptômes apparaissent et en l’absence de traitement immédiat, la rage est mortelle dans 100 % des cas. Elle peut être évitée grâce à la vaccination. En Belgique, l’importation illégale  de chiens en provenance de pays infectés reste la principale menace.

Quels sont les profils à risque ?

La rage peut toucher tout le monde mais certaines personnes sont particulièrement exposées :

  • personnes en contact régulier avec la nature de par leurs loisirs (randonneurs, cyclistes, campeurs etc.) dans des régions endémiques (pas en Belgique)
  • voyageurs faisant de longs séjours dans des régions à haut risque 
  • expatriés vivant dans des régions à haut risque
  • personnes exposées à un risque professionnel important, comme des gardes forestiers, spéléologues, archéologues travaillant dans des zones contaminées, taxidermistes, vétérinaires ou personnel de laboratoire qui manipule des virus rabiques vivants
  • personnes appelées de par leur profession ou toute autre raison à être en contact direct avec des carnivores ou d’autres mammifères dans des zones où sévit la rage
  • personnes appelées de par leur profession ou toute autre raison à être en contact direct avec des chauves-souris, aussi en Belgique
  • enfants qui jouent souvent avec des animaux dans les régions endémiques. 

Ces populations à risque peuvent bénéficier de la vaccination préventive


 

Sciensano assure la surveillance épidémiologique de la rage en Belgique et se charge du diagnostic et du traitement post-exposition. Il contrôle l’efficacité des vaccins contre la rage. Le Laboratoire officiel belge pour le contrôle des médicaments (OMCL) de Sciensano est responsable, de concert avec le réseau OMCL européen, du contrôle qualité du vaccin contre la rage avant qu’il ne soit mis sur le marché.

QR code

QR code for this page URL